95 blessés dans l'explosion d'une voiture piégée à Kaboul — Afghanistan

Claudine Rigal
Août 10, 2019

L'attaque "a été lancée contre un centre de recrutement ennemi". Quatre des morts étaient des policiers et les civils restants, tandis que 92 des blessés étaient des civils, a-t-il déclaré.

Les civils continuent de payer un lourd tribut au conflit.

Les violences ont fortement augmenté en juillet, le mois le plus sanglant depuis mai 2017, avec plus de 1.500 tués et blessés en Afghanistan, selon l'Organisation des Nations unies. En 2018, 3.804 civils ont été tués, dont 900 enfants. Cet attentat des talibans pour protester contre la tenue de la présidentielle, le 28 septembre, intervient alors que ces derniers mènent depuis samedi la huitième série de négociations avec les Etats-Unis à Doha, au Qatar. Les deux parties se sont félicitées des "excellents progrès" réalisés et ont espéré être en mesure de signer un accord de paix bilatéral.

Si un tel accord venait à se conclure, il ouvrirait la voie à des discussions directes entre talibans et une équipe de négociation formée par le gouvernement afghan.

"Ils doivent cesser les combats et utiliser l'opportunité de paix fournie par les États-Unis sinon, rien d'autre ne les attend que leur extinction", a-t-il estimé. Plusieurs bâtiments sont détruits, leurs façades s'étant affaissées. L'explosion est survenue vers 9H (4H30 GMT) dans l'ouest de la ville, a déclaré Nasrat Rahimi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, sans plus de détails.

"Encore une fois, un attentat-suicide des Talibans à Kaboul vise une zone civile qui a causé le tort à de nombreux innocents", a déclaré sur Twitter Sediq Sediqqi, porte-parole du président Ashraf Ghani. Bravant la peur des attaques, la population de Kaboul se rendait en masse mercredi sur les étals des marchés remplis de victuailles. Des murs anti-explosion en ciment ont été réduits en poussières.

Des soldats de l'armée nationale afghane (ANA) inspectent le site après une explosion à Kaboul, en Afghanistan, le 7 août 2019.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL