Bolsonaro pose un lapin à Le Drian — Brésil

Claudine Rigal
Août 7, 2019

"Et il n'a pas intérêt à venir nous donner des leçons, sinon il va voir à qui il a affaire", avait prévenu le président brésilien, lundi matin, avant finalement d'annuler l'entretien avec Jean-Yves Le Drian, qui effectue une tournée en Amérique latine.

Les membres de la tribu Waiapi ont autorisé l'analyse des restes du chef indigène tué lors de l'invasion par une cinquantaine de mineurs, des " garimpeiros", du village de Mariry, dans l'Etat d'Amapá, situé à 200 kilomètres de la frontière avec la Guyane française.

Comme le rapportent Le Monde et Les Echos, ce dernier a annulé " pour des raisons d'agenda " sa rencontre avec Jean-Yves le Drian avant d'apparaître, peu de temps après, en direct sur Facebook en train de se faire couper les cheveux. Le porte-parole du gouvernement brésilien explique que Jair Bolsonaro "comme à travailler à 4 heures du matin et termine à minuit". La partie brésilienne de l'Amazonie a perdu plus de 1 330 km² de couvert forestier depuis l'élection de son président. C'est ce qui semble percer entre les lignes. Celui-ci aurait indiqué que la France n'était pas pressé de ratifier le traité de libre échange entre l'UE et le Mercosur. Il y a deux semaines, lors d'un petit déjeuner avec des journalistes étrangers, Jair Bolsonaro avait déjà fait part de sa méfiance à l'égard de cette rencontre prévue avec M. Le Drian, qu'il avait désigné à tort comme le "premier ministre". En fait, il apparait que le chef de l'Etat brésilien a snobé la rencontre avec le ministre des Affaires étrangères français pour s'offrir... une coupe de cheveux. "Il ne devra pas me manquer de respect". " Il ne va pas pouvoir me prendre de haut". Pour Jair Bolsonaro, le président du Brésil, la réponse est oui, comme le raconte le quotidien Le Monde.

Plus tôt dans la journée, Jair Bolsonaro avait évoqué sa rencontre avec Jean-Yves Le Drian. Il a simplement rappelé les trois " éléments de préoccupation " de la France concernant l'accord avec le Mercosur: la mise en oeuvre de l'accord de Paris, le respect des normes environnementales et sanitaires françaises et la protection des filières agricoles sensibles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL