"Bruce Lee était un mec plutôt arrogant" — Quentin Tarantino

Pierre Vaugeois
Août 16, 2019

Cette séquence a déclenché l'ire de plusieurs journalistes américains, de la fille de Bruce Lee, mais également de ses fans, convaincus qu'il s'agissait là d'un scandale raciste ainsi que d'un déshonneur imposé à une figure essentielle d'un certain cinéma. C'est ce qu'il a expliqué lors d'une conférence de presse à Los Angeles, dont le contenu a été rapporté par IndieWire.

Quentin Tarantino a d'abord mis l'accent sur la personnalité de Lee telle qu'il la dépeint, et en quoi il n'a pas tout inventé, loin de là. Je l'ai entendu prononcer ce genre de phrases, avec cette intention. Si les gens disent: "Oh il n'aurait jamais prétendu pouvoir battre Mohammed Ali" et bien il l'a fait. "Non seulement il l'a dit mais sa femme, Linda Lee, l'a écrit dans sa première biographie".

Après quoi le réalisateur a tenu à rappeler qu'il n'était pas là pour traiter du réel, mais bien en offrir une relecture fictionnalisée.

" Est-ce que Cliff serait capable de vaincre Bruce Lee?". Ce dernier y assure qu'il pourrait mettre Mohamed Ali au tapis avant de prendre un raclée de Cliff Booth (le personnage interprété par Brad Pitt). Cliff ne pratique pas un sport, c'est un guerrier (.) Si Cliff devait se battre contre bruce Lee dans un tournoi d'arts martiaux dans un stade, Bruce le tuerait. Si vous me posez la question, "Qui gagnerait dans un combat, Bruce Lee ou Dracula?", C'est la même question. C'est un personnage de fiction.

Il ajoute: "Cliff pourrait-il battre Bruce Lee?". Voilà la situation: Cliff est un béret vert. D'une part parce que les adeptes du maître mythique sont toujours aussi nombreux près de 50 ans après sa mort mystérieuse, d'autre part parce qu'il a décidé de le dépeindre comme un homme arrogant.

"Tarantino peut faire le portrait qu'il veut de Bruce Lee, mais ce qui me gêne dans sa réponse, c'est qu'il joue sur les deux tableaux en prétendant d'un côté qu'il s'agit là de faits et de l'autre en sortant la carte de la fiction". Il admire le combat, et les arts martiaux sont ce qui s'en approche le plus, décliné sur un mode sportif.

Perdrix ne bat pas de l'aile pour autant, parvenant à se hisser à la seconde place de ce top: le long-métrage d'Erwan Le Duc a attiré 544 spectateurs, sur 15 copies.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL