Exercice anti-émeutes à Shenzhen — Manifestation Hong Kong

Xavier Trudeau
Août 10, 2019

"Qui joue avec le Feu, vient de", a déclaré Yang Guang, porte-parole du chinois Sonderverwaltungszonen de Hong kong et de Macao Bureaux du conseil d'Etat.

Mardi, la Chine a de nouveau demandé à des hommes politiques américains concernés d'arrêter immédiatement de cautionner les crimes violents et d'intervenir dans les affaires de Hong Kong, affirmant que toute tentative d'ingérence dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine ne réussirait jamais.

Les autorités ont annoncé avoir tiré plus d'un millier de grenades lacrymogènes et 160 balles en caoutchouc depuis le début de la contestation le 9 juin.

Le projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers le reste de la Chine, à l'origine de la colère des manifestants, a été suspendu par la cheffe du gouvernement local Carrie Lam. Mais les contestataires continuent de réclamer sa tête, en plus d'un enterrement définitif du projet de loi.

Les manifestants voient dans ce projet de loi l'incursion du système judiciaire chinois sur leur territoire, pourtant doté d'un gouvernement et d'un système juridique propres.

Hong Kong est le théâtre, depuis deux mois, de manifestations monstres appelant au respect des droits démocratiques.

Lundi après-midi, sept manifestations simultanées ont eu lieu, constituant un défi pour des forces de l'ordre, qui soumises à rude épreuve depuis deux mois, concentrent l'ire des manifestants.

Des dizaines de milliers de salariés ont refusé de travailler, paralysant toute la région.

Toutefois, les Manifestations de ces derniers Jours n'est pas abgeebbt.

Aux revendications des dernières semaines est venue s'ajouter l'exigence de la démission de Carrie Lam. Les manifestants voient en cette dirigeante pro-Pékin un symbole vivant de l'influence de la Chine sur la région semi-autonome de 7 millions d'habitants. Or, on sait que la marge de manœuvre de l'exécutif local est extrêmement réduite, particulièrement si Pékin jette tout son poids dans la balance. Cette opération a été perçue comme un nouvel avertissement du pouvoir central aux manifestants pro-démocratie.

Hong Kong a un certain nombre de valeurs à défendre, qui, bien sûr, ne sont pas forcément les valeurs de Pékin.

Aux termes de l'accord de rétrocession signé avec Londres en 1984, l'ancienne colonie britannique jouit de libertés inconnues sur le continent. "Une chute de la bourse de Hong Kong comme on a commencé à la voir ou une dégradation du statut de Hong Kong qui serait due à l'insécurité qui se serait installée du fait d'une répression violente, ce serait très mauvais pour tous ces avantages que Hong Kong représente, y compris pour la Chine continentale".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL