Huawei présente son système d’exploitation qui succédera à Android

Pierre Vaugeois
Août 10, 2019

Le produit marque le premier déploiement du système d'exploitation HarmonyOS dont les contours ont été dévoilés vendredi par Huawei, et présenté par la firme comme étant une alternative en cas d'impossibilité d'utiliser Android du fait de sanctions américaines.

"Nous avons décidé qu'il était important de disposer d'un système d'exploitation doté de capacités multiplateformes améliorées", a déclaré Richard Yu, ajoutant que la compagnie avait besoin d'un système d'exploitation capable de prendre en charge tous les scénarios pouvant exister sur un large éventail d'appareils et de plates-formes et pouvant satisfaire la demande des consommateurs. L'appareil, qui tournera sous le système d'exploitation maison de Huawei - HarmonyOS -, a été conçu comme un prolongement sur grand écran du smartphone et fonctionne avec le même écosystème.

En attendant, Huawei reste au coeur de la discorde sino-américaine. Google travaille aussi sur son propre projet de système d'exploitation polyvalent, "mais ce n'est pas encore au stade de la réalisation", a-t-il observé. La performance devrait également être meilleure que d'autres OS grâce à un mécanisme permettant d'attribuer les ressources aux tâches prioritaires (Deterministic Latency Engine). Huawei promet enfin une sécurité accrue grâce au design isolant le micro-kernel de la plupart des services systèmes et à l'emploi inédit d'un processus de vérification de l'environnement d'exécution (Trusted Execution Environment ) sur l'appareil.

"C'étaient nos objectifs lorsque nous avons créé HarmonyOS", a-t-il précisé.

À VOIR AUSSI - Pourquoi certains pays se méfient-ils de Huawei? Les smartphones devraient en priorité fonctionner sous Android.

Le fabricant chinois en est conscient et ce n'est pas un hasard s'il a promis que son système sera open source et qu'il l'a dévoilé lors d'un événement développeur plutôt que lors du lancement d'un appareil.

"Nous voulons apporter davantage d'harmonie (.) dans le monde", a commenté M. Yu, alors que Huawei est placé sur une liste noire par les Etats-Unis, qui le soupçonnent d'espionnage au profit de Pékin, ce qu'il dément.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL