La Bourse de Paris ouvre en repli

Xavier Trudeau
Août 29, 2019

L'indice tricolore emboîte le pas à Wall Street, où l'inversion de la courbe des rendements obligataires a refroidi l'atmosphère hier avec un Dow Jones en repli de 0,47%, et une baisse de 0,32% pour le S&P 500 et de 0,34% pour le Nasdaq.

Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 0,13% une trentaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en recul de 0,34%.

La Bourse de New York a terminé en territoire positif mercredi, dans un marché revigoré par le rebond des prix du pétrole et rassuré par le calme relatif sur le front commercial sino-américain.

Pour les analystes, cette nouvelle passe d'armes annonce un regain de volatilité sur les marchés d'actions, accompagné d'un très vraisemblable épisode de correction.'De mon point de vue, les mesures prises par Trump vendredi marque une escalade significative dans le conflit commercial', souligne Thomas Harr, l'économiste en chef de Danske Bank.'Les événements de vendredi accroissent les risques d'une guerre économique totale entre les Etats-Unis et la Chine', avertit-il.

" Comment expliquer autrement les mouvements auxquels nous assistons sur le marché obligataire, les métaux précieux et les monnaies refuge comme le franc suisse et le yen", ajoute-t-il.

La guerre commerciale déclenchée par Donald Trump depuis plus d'un an contre la Chine pour forcer Pékin à abandonner des pratiques commerciales qu'il juge déloyales s'est enflammée la semaine dernière.

En matière politique, mercredi devrait être une journée cruciale pour l'avenir de l'Italie: soit le Mouvement 5 Etoiles et le Parti démocrate parviennent à s'unir au sein d'un nouveau gouvernement, soit le président annoncera la tenue d'élections.

Côté statistiques, les chiffres de l'inflation allemande en août seront particulièrement scrutés. La croissance économique a atteint 0,3% au deuxième trimestre, soit un chiffre légèrement plus élevé que ce qui avait été initialement annoncé (0,2%).

Eurofins s'arrogeait 5,98% à 397,20 euros en dépit d'une chute de 35% de son bénéfice net au premier semestre, à 58,9 millions d'euros, principalement liée à une cyberattaque subie en juin.

Eiffage progressait de 2,29% à 93,08 euros, son bénéfice net au premier semestre 2019 ayant bondi d'un tiers.

Sanofi montait de 1,12% à 78,35 euros après avoir eu gain de cause avec son partenaire Regeneron dans leur contentieux avec le laboratoire américain Amgen, qui les accuse d'avoir violé certains brevets pour mettre au point leur anticholestérol Praluent.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL