La Chine suspend l'achat de produits agricoles américains — Guerre commerciale

Xavier Trudeau
Août 6, 2019

Alors que Pékin a riposté aux tarifs promis par Trump en laissant le yuan glisser, l'indice Dow Jones a chuté de 767 points (près de 3%) pour sa pire journée de l'année.

L'escalade de la guerre commerciale sino-américaine a lourdement pesé sur la Bourse de New York. Le yuan, domestique ou " offshore " (destiné aux étrangers), est même passé au-dessus de ce niveau, grimpant, pour la première fois depuis le 9 mai 2008 (soit depuis la dernière crise financière) au-dessus du seuil de 7 yuans pour 1 dollar.

Vers 20H40 GMT, le yuan onshore évoluait à 7,0507 yuans pour un dollar, son plus bas niveau en 11 ans, alimentant les spéculations sur un geste délibéré de Pékin pour soutenir ses exportations. La réaction de Donald Trump ne s'est cependant pas fait attendre, le président américain accusant la Chine de manipuler sa devise, tout en exhortant la Fed à réagir.

Le rendement des Treasuries à 10 ans est tombé au plus bas depuis novembre 2016 et celui des titres à deux ans au plus bas depuis novembre 2017. Cette décision fait suite à la menace de Donald Trump d'imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre.

"L'incertitude et les répercussions concrètes sur l'économie induites par ces nouvelles taxations en Europe, mais également pour le consommateur américain, vont sans doute durer un peu", à moins d'un nouveau tweet du président américain, a souligné M. Jacoby. "Si tel est bien l'objectif, il a été atteint", a noté Chris Krueger, de Cowen Washington Research Group. L'indice large de Wall Street affiche désormais six séances consécutives de repli, une série sans précédent depuis octobre dernier qui l'a ramené plus de 6% en dessous de son record du 26 juillet.

"Les investisseurs doivent garder à l'esprit qu'avant la journée d'aujourd'hui, le S&P 500 avait gagné un peu plus de 18% au cours de l'année", a rappelé Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management. De quoi légitimer pleinement les dégagements observés sur les actifs à risque ce lundi, comme les marchés d'actions. "Un réajustement était inévitable", a ajouté l'expert, pour qui les tensions commerciales font partie du cycle normal de négociations "à la dure".

Illustrant la montée de l'anxiété chez beaucoup d'investisseurs, l'indice de volatilité Vix est monté à 24,81, son plus haut niveau depuis début janvier.

Parmi les valeurs, les actions de Caterpillar (-2,32%) ou Deere (-4,81%), généralement considérées comme des jauges du commerce mondial, ont pâti de l'intensification du conflit commercial.

Certains grands groupes de distribution s'approvisionnant largement en Chine étaient aussi durement affectés.

Le secteur des nouvelles technologies a particulièrement souffert des remous commerciaux, le sous-indice le représentant au sein du S&P 500 lâchant 4,07%. Apple, qui serait une des principales victimes d'une guerre commerciale prolongée -qui pourrait faire flamber le prix de l'iPhone- a reculé de 5%.

Aux semi-conducteurs, Advanced Micro Devices, Nvidia, Micron Technology et Intel cèdent de 3,2% à 5,2%.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL