La demande d'or au premier semestre au plus haut depuis 2016

Xavier Trudeau
Août 4, 2019

Le prix de l'once d'or est monté de 8% en juin, ce qui a parfois dissuadé les acheteurs. Cependant, cette hausse des ETF a été contrebalancée par une baisse de 12% des achats de lingots et de pièces d'or, qui ont atteint 218,6 tonnes.

Dans un contexte de tensions géopolitiques et commerciales et d'incertitudes sur la croissance économique mondiale, le métal jaune voit son statut de valeur refuge renforcé.

L'or a retrouvé tout son éclat.

Sur les six premiers mois de l'année, la soif d'or a bondi de 8% par rapport à la même période l'an dernier, dépassant les 2.000 tonnes. La demande a notamment été forte au deuxième trimestre.

Rien qu'au deuxième trimestre 2019, la demande en or mondiale a augmenté jusqu'à 1.123 tonnes, soit une hausse de 8% en glissement annuel. Après avoir amassé l'an dernier des quantités sans précédent depuis les années 1960, les institutions monétaires poursuivent leurs achats: entre janvier et juin, elles en ont acquis 57 % de plus qu'à la même période un an auparavant - soit 374 tonnes supplémentaires dans leurs coffres. Lors des six premiers mois de 2019, la demande pour le précieux métal jaune a atteint un plus haut depuis trois ans selon un rapport du World Gold Council -ou Conseil mondial de l'or (CMO)- publié jeudi. La Pologne s'est emparée de 100 tonnes d'or au deuxième trimestre. Les banques centrales cherchent aussi à moins dépendre du dollar. Le CMO note en particulier un bond de 99 % de la demande en ETF adossés sur l'or - dans un contexte d'engouement général pour les fonds indiciels cotés.

Point commun entre les banques centrales et les investisseurs professionnels: la volonté de se protéger dans un climat mondial tendu.

Le prix de l'or, qui a battu un record inégalé depuis de nombreuses années, reflète la situation réelle sur le marché physique des métaux. John Mulligan, un des responsables du CMO, a expliqué que certains des risques qui pèsent sur les marchés "auront des conséquences sur les réserves des banques centrales". "L'incertitude géopolitique, les prix de l'or en hausse et les commentaires de politique monétaire conciliants des banques centrales ont été des facteurs clefs pour ces investissements", estime le CMO. Tout comme la remontée des cours de l'or en juin.

L'une des autres composantes de la demande mondiale d'or est la bijouterie. Les banques centrales ont acheté 47% d'or en plus au deuxième trimestre, pour arriver à 224,4 tonnes. Le rapport du conseil explique que le deuxième trimestre est souvent considéré comme étant "une saison traditionnellement plus lente" pour ce secteur en Chine.

La demande en or de l'industrie joaillière indienne, l'une des plus importantes au monde avec celle de la Chine, est montée de 12% à 168,8 tonnes au deuxième trimestre.

Au deuxième trimestre, l'offre d'or a augmenté de 6%, jusqu'à 1.186,7 tonnes.

Sur le premier semestre dans son ensemble, la production totale a atteint un plus haut en trois ans, à 2323,9 tonnes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL