La gifle du Japon au polisario à la veille de la Ticad

Xavier Trudeau
Août 29, 2019

Compte à rebours pour le 7ème Sommet de la conférence internationale sur le développement de l'Afrique.

C'est dans cet esprit que le Japon apprécie hautement la contribution substantielle du Maroc au processus de la TICAD, a souligné le diplomate japonais, rappelant dans ce sens que le Japon et le Maroc ont mis en place un cadre de coopération pour booster le développement dans d'autres pays africains.

Une position réaffirmée par le Japon qui s'inscrit dans le droit fil de celle des États-Unis d'Amérique, de l'Union Européenne mais également de la grande majorité de pays africains, asiatiques, latino-américains et même océaniques qui ont tous reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara. C'est la position constante et immuable du Japon, et le Japon n'a pas l'intention de changer cette position.

Basée sur les principes "de l'appropriation africaine et du partenariat international " pour promouvoir le développement du continent africain, "la TICAD est un composant important de l'engagement du Japon dans l'encouragement de la paix et de la stabilité en Afrique".

Ces propos du premier responsable des aides du Japon dans le monde résume fort bien tout ce qui va se passer pendant ces trois jours de rencontre au Centre international de conférence de Yokohama.

"Bénin: porte d'entrée au marché de l'Afrique de l'Ouest", c'est l'intitulé du symposium animé par le ministre Aurélien Agbénonci face aux investisseurs japonais.

La TICAD 7 sera donc l'occasion pour les acteurs de l'entrepreneuriat de consolider des partenariats par le biais de nombreux événements parallèles auxquels participeront, entre autres, de nombreux pays européens dont la France. Le Japon continue de soutenir les efforts de médiation déployés par les Nations Unies.

Les TICAD ont eu lieu au Japon, tous les cinq ans jusqu'en 2013. Cette conférence s'est tenue, pour la première fois sur le continent africain en 2016 à Nairobi au Kenya. 60 milliards de dollars en nouveaux financements ont été promis au cours du sommet Chine-Afrique de l'an dernier, le double exactement des engagements de la dernière Ticad.

L'Afrique dispose grâce à son essor démographique d'une main-d'oeuvre jeune et abondante et de marchés en développement.

Cette année 2019, près de 5 000 participants sont attendus à cette imposante Conférence Internationale, incluant des Chefs d'Etat et de Gouvernement ainsi que des représentants d'organisations internationales et régionales, du secteur privé et de la société civile.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL