L'absentéisme a progressé en 2018, une constante depuis 2014 — Travail

Xavier Trudeau
Août 29, 2019

En constante hausse depuis 2014, le taux d'absentéisme au travail continue de croître avec un taux national en progression de 3,6 % entre 2017 et 2018. Selon un rapport publié sur l'année 2018 par Gras Savoye Willis Towers Watson, c'est en Bourgogne-Franche-Comté que le phénomène est le plus important avec 4,9%.

C'est en région Île-de-France que letaux d'absentéisme est le plus faible: 2,9 %.

En termes géographiques, c'est dans Nord et dans le Grand-Est où l'on trouve le plus fort taux d'absentéisme; les meilleurs élèves sont en Ile-de-France.

Bien entendu, l'âge des salariés joue aussi sur la nécessité plus ou moins fréquente de s'arrêter. Il est de 3,5 %.

Pour Julien Rémy, expert absentéisme chez Gras Savoye WTW, ces chiffres doivent pousser à s'interroger sur les causes de ces arrêts: il évoque "des origines diverses". Les salariés, en particulier les plus jeunes, peuvent moins ressentir l'obligation de "tout donner " à l'entreprise. Si la maladie est toujours "le facteur premier", "les difficultés organisationnelles, comme la surcharge de travail, et les difficultés relationnelles internes intensifient le phénomène". "Ce sont bien ces autres causes qui sont les principaux moteurs de la croissance de l'absentéisme", ajoute-t-il. Un chiffre qui devrait croître dans les années à venir en raison du vieillissement de la population.

Selon l'étude, les arrêts maladie sont plus longs et une plus grande quantité de travailleurs en bénéficie.

De son côté, Philippe Million, le PDG d'Everest Isolation, société basée à Carpentras et spécialisée dans l'isolation depuis 20 ans, insiste sur les mesures prises par les entreprises provençales. "Nous avons la chance d'avoir un taux d'absentéisme de "seulement" deux jours par an et par salarié", précise le chef d'entreprise.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL