L'administration Trump affaiblit une loi sur les espèces menacées — Etats-Unis

Claudine Rigal
Août 13, 2019

Donald Trump n'a jamais caché son manque de considération pour la nature, le climat ou la vie sauvage.

Lamantins, baleines à bosse, alligators américains.

Le gouvernement des Etats-Unis a entériné, lundi 12 août, une révision de la loi sur la protection des espèces menacées sur le territoire américain.

Cette législation, à laquelle les Américains sont très attachés, a ainsi permis, ces quarante dernières années, de sauver plusieurs espèces menacées d'extinction, à commencer par le pygargue à tête blanche, ce rapace qui demeure l'animal symbole du pays et que l'on retrouve notamment sur le sceau présidentiel.

"Jusqu'à maintenant, une espèce qui entrait dans la liste des espèces menacées faisait immédiatement l'objet de mesures de protection. À présent, elle ne sera pas plus protégée qu'avant son inscription ", regrette Kristen Boyles, avocate pour l'ONG Earthjustice qui se bat quotidiennement, outre-Atlantique, pour la défense de l'environnement.

À lire aussi: Toulouse: Comment une crèche s'est dotée d'un arsenal (bio) contre le moustique tigreRéchauffement climatique: L'Afrique du Sud, premier pollueur du continent, instaure une taxe carboneTaxer le kérosène menacerait 3 à 4.000 emplois en France, estime la fédération du secteur aérienRéchauffement climatique: Plus forte hausse des émissions de CO2 dans le monde en 7 ansLa France va proposer une "taxation du transport aérien" en EuropeLe gouvernement Trump porte le coup de grâce au plan anti-charbon d'ObamaUn cargo pollue-t-il autant que l'ensemble des voitures françaises, comme l'affirme Jordan Bardella?

"Les entreprises pourront en effet dorénavant construire des routes, des oléoducs, des gazoducs, des mines et autres projets industriels dans des zones désignées comme " habitat essentiel " pour une espèce menacée".

Une victoire pour l'industrie pétrolière et un drame pour les animaux concernés qui pourraient se retrouver condamnés à "une mort à petit feu ", selon Kristen Boyles.

Le ministre de l'Intérieur David Bernhardt, ancien représentant du lobby des hydrocarbures, s'est au contraire réjoui de ces "améliorations", qui vont permettre selon lui "d'affecter plus de ressources là où elles seront le plus utiles: la conservation sur le terrain".

Les procureurs généraux de Californie et du Massachusetts ont déjà annoncé qu'ils allaient porter l'affaire en justice.

"Ces " révisions " s'inscrivent dans le cadre de la politique voulue par le président Trump " d'alléger le carcan réglementaire qui pèse sur le public américain, sans sacrifier les objectifs de protection et de reconstitution de nos espèces ", a pour sa part lancé le ministre du Commerce Wilbur Ross.

"Pendant des décennies, l'Endangered Species Act a protégé de l'extinction notre faune sauvage la plus vulnérable. Voilà maintenant que le président Trump veut s'en débarrasser complètement", déplore par exemple Joe Biden, ex-vice président de Barack Obama et grand favori de la primaire démocrate pour la présidentielle de 2020.

Entérinée en 1973, l'Endangered Species Act est une loi fondamentale de la protection de la faune et de la flore aux États-Unis.

Depuis l'élection de Donald Trump en 2016, le gouvernement américain a modifié plus de 80 textes ayant trait à la santé humaine ou l'environnement en invoquant la nécessité d'assouplir les réglementations encadrant les entreprises. Tout récemment, l'administration a ainsi levé l'interdiction de pièges empoisonnés au cyanure destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL