Les Bourses mondiales secouées par les tensions commerciales

Xavier Trudeau
Août 7, 2019

Le Dow Jones Industrial Average, indice vedette de la Bourse new-yorkaise, lâchait 3,09 %, à 25 666,54 points, aux alentours de 15h20.

Les traders travaillent sur le sol à la Bourse de New York (NYSE) à New York, États-Unis, le 2 août 2019. L'indice S&P des hautes technologies signe la plus forte hausse sectorielle à l'ouverture avec un gain de 1,56%. Le Nasdaq et le S&P 500 avait encaissé leur pire repli hebdomadaire de l'année.

Les principales Bourses mondiales ont encore baissé lundi dans un contexte marqué par les tensions commerciales sino-américaines et les déclarations de Donald Trump sur la devise chinoise.

"Ce recul témoigne du fait qu'un accord commercial au cours du prochain trimestre n'est sans doute pas à l'odre du jour". Vers 20h40 GMT, le yuan onshore évoluait à 7,0507 yuans pour un dollar, son plus bas niveau en 11 ans, alimentant les spéculations sur un geste délibéré de Pékin pour soutenir ses exportations. "Cette violation majeure affaiblira considérablement la Chine avec le temps", a-t-il tweeté. En Europe, le CAC 40 (Paris) a baissé de près de 2% après -4% durant la semaine écoulée.

Les investisseurs marquaient en revanche un intérêt accru pour des actifs jugés plus sûrs comme les bons du Trésor américains: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans reculait aux alentours de 19h20 GMT à 1,729 4 %, son plus bas niveau depuis 2016. "On a vu une augmentation massive sur le marché des actions jusqu'à maintenant".

"Le rouge devrait continuer de dominer (le marché) à court-terme à cause de la décision de la Chine de dévaluer sa devise la nuit dernière", a poursuivi l'expert.

Parmi les valeurs industrielles les plus sensibles aux tractations dans le dossier de la guerre commerciale, Boeing avance de 0,80% et Caterpillar de 1,50%.

Certains grands groupes de distribution s'approvisionnant largement en Chine étaient aussi durement affectés. Le fabricant de jouets Mattel lâchait 4,76 %, la chaîne de grands magasins Macy's perdait 3,22 % et le géant informatique Apple reculait de 5,05 %. Le groupe, toujours à la recherche d'une grosse acquisition, a aussi indiqué que le montant de ses liquidités avait grimpé à 122 milliards de dollars.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL