"L'idée de l'âge pivot" n'est pas "enterrée", assure Ndiaye — Réforme des retraites

Xavier Trudeau
Août 29, 2019

Pour ce couple, l'heure de la retraite a sonné. Mais qu'en sera-t-il pour la génération à venir?

L'âge de départ à la retraite concentre une grande partie des débats autour du futur "système universel " des retraites prévu pour 2025.

L'affaire semblait réglée. Après des semaines de cacophonie au printemps, le gouvernement avait tranché en faveur d'un " âge d'équilibre " devenu le symbole du futur " système universel " par points promis par Emmanuel Macron.

Très critiqué par les syndicats, le fameux " âge pivot " à 64 ans qui permettrait de partir à la retraite à taux plein n'a finalement pas les faveurs d'Emmanuel Macron. Mais selon lui, rien n'est encore décidé. Fin avril, le chef de l'État avait en effet suggéré " d'allonger la durée de cotisation et de laisser le libre choix", avec " un système de décote qui incite à travailler davantage ". Les partenaires sociaux seront ainsi reçus à Matignon les 5 et 6 septembre. Les Français seront aussi consultés à l'automne, sous une forme à déterminer.

Il n'y aura pas de réforme des retraites tant qu'on n'aura pas bâti une vraie transformation de ces professions.

En reparlant de la durée de cotisation, Emmanuel Macron renvoie "à l'option d'un âge d'équilibre individuel " et non plus unique, a commenté lundi soir sur Twitter le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier. "Parfois il faut accepter d'être confronté à l'opinion publique ou aux syndicats, ce n'est pas uniquement de faire plaisir à la CFDT qui sauvera le monde, la planète, et la France", a-t-il ironisé.

"Ces deux options sont sur la table, le président de la République a exprimé la préférence qui était la sienne, il ne s'agit pas là d'enterrer l'idée de l'âge pivot", a-t-elle précisé. "Tant mieux, on l'avait dit aussi, donc maintenant on verra", a-t-il ajouté. C'était pourtant une préconisation du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, présentée à la mi-juillet.

"La même source souligne que " la durée n'est pas écartée du rapport " du haut-commissaire, car elle resterait " nécessaire pour tout un nombre de sujets, comme le minimum de pension, la pénibilité et les carrières longues ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL