Mort de DJ Arafat, la Côte d'Ivoire en deuil

Pierre Vaugeois
Août 13, 2019

Selon des messages et des photos qui circulent sur les réseaux sociaux, DJ Arafat pilotait une moto lorsqu'il a percuté une voiture dans la nuit. Arafat, alias "l'ambassadeur du coupé-décalé" va régénérer le mouvement avec de nouveaux rythmes et des pas de danse.

C'est avec émotion et tristesse que nous avons appris ce jour, le décès brutal de DJ Arafat, une figure de proue de la musique Ivoirienne. Son dernier single, intitulé "Moto-Moto " a battu tous ses records avec 4,5 millions de vues sur YouTube. Le groupe Magic System se joint à toute la famille artistique de CI pour présenter nos condoléances à la famille biologique de l'artiste.

Même s'il n'hésitait pas à piquer les Eléphants dans ses titres, l'artiste était très apprécié et plusieurs internationaux ivoiriens passés ou actuels lui ont rendu hommage, à l'instar de Didier Drogba, son "grand frère" dont il était un grand fan, de Gervinho, de Kader Keita ou encore de Serey Dié, qu'il avait vivement critiqué après son tir au but manqué contre l'Algérie à la CAN 2019. Incrédules à l'annonce de sa mort, des fans scandaient " Arafat ne peut pas mourir ".

Genre musical, mais aussi attitude, le coupé-décalé, musique au rythme endiablé utilisant souvent des sons électroniques, est né en 2003 dans les boîtes de nuit ivoiriennes pour se disséminer ensuite dans toute l'Afrique.

Depuis l'annonce de l'accident de moto de DJ Arafat, survenu dimanche soir, les rumeurs étaient nombreuses à circuler sur les réseaux sociaux. Mais les circonstances précises de l'accident restent troubles. Le chanteur, inconscient, a été rapidement pris en charge et admis en soins intensifs. Mais Il n'a malheureusement pas survécu. S'il est considéré par certains comme le plus célèbre des artistes africains, DJ Arafat a aussi fait parler de lui pour diverses polémiques, notamment autour d'une affaire de violences conjugales en 2011 ou de sa brouille avec d'autres artistes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL