Placido Domingo se défend après des allégations de harcèlement sexuel — Opéra

Pierre Vaugeois
Août 13, 2019

Elles sont neuf chanteuses et danseuses ayant travaillé avec lui, à avoir accepté de témoigner, anonymement, et raconter comment le septuagénaire a tenté de faire pression sur elles pour obtenir des relations sexuelles, relate AP. Et celles qui refusaient étaient punies professionnellement.

Placido Domingo a réagi. À l'issue d'un spectacle, alors qu'elle était parvenue jusque-là à lui résister, elle a fini par accepter une invitation qui s'est terminée dans la chambre à coucher, avec des caresses.

Sept des neuf femmes ont indiqué que leur carrière avait pris un coup après qu'elles eurent rejeté ses avances, et qu'elles n'avaient plus jamais pu retravailler avec lui.

L'une affirme qu'il a mis la main sous sa robe, trois autres qu'il leur aurait imposé des baisers.

Les autres plaignantes ont souhaité rester anonymes, par crainte de représailles, par peur d'être humiliées publiquement ou même harcelées, alors qu'elles travaillent encore dans le milieu de l'opéra. Seule Patricia Wulf, une mezzo-soprano qui chantait avec Domingo à l'opéra de Washington a accepté de lever le voile sur son identité. "Chaque fois que je sortais de scène, il m'attendait dans les coulisses". Lorsqu'un homme s'approche de moi avec un sourire ironique, me demande si je dois rentrer à la maison - à plusieurs reprises - je ne peux en arriver à aucune autre conclusion qu'il veut coucher avec moi. "Cela a affecté ma façon de traiter les hommes pour le reste de ma carrière à l'opéra et le reste de ma vie", raconte-t-elle aujourd'hui. Patricia Wulf a quant elle a expliqué que le "secret très connu sur le comportement de Domingo a duré trop longtemps", et qu'elle souhaitait que sa prise de parole aide d'autres femmes à dire "non" ou à dénoncer les comportements inappropriés dont elles seraient victimes.

L'artiste lyrique a tenu à répondre: " Ces accusations de la part de ces femmes anonymes, remontant pour certaines à 30 ans, sont vraiment dérangeantes et, comme elles le sont présentées, inexactes, se défend-il. Néanmoins, il est douloureux d'entendre dire que j'ai peut-être fâché quelqu'un ou que je l'ai mis mal à l'aise, peu importe la date et malgré mes meilleures intentions.

"Je croyais que toutes mes interactions et relations étaient toujours bienvenues et consenties".

Les accusatrices de Placido Domingo ont depuis été soutenues par une trentaine de femmes provenant du monde de l'opéra. "Les gens qui me connaissent ou qui ont travaillé avec moi savent que je suis quelqu'un qui ne voudrait intentionnellement blesser, offenser ou embarrasser qui que ce soit". Cependant, je reconnais que les règles et les normes selon lesquelles nous sommes - et devrions être - comparés à aujourd'hui sont très différentes de ce qu'elles étaient dans le passé. "J'ai la chance et le privilège d'avoir eu une carrière de plus de cinquante ans à l'opéra et je me suis tenu aux standards les plus élevés".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL