" "Pour Trump, un " autre Tiananmen " nuirait à un accord commercial — Hong Kong

Pierre Vaugeois
Août 19, 2019

Hong Kong se prépare à davantage de manifestations cette semaine, après un week-end de mobilisation où plusieurs centaines de milliers de manifestants ont défilé sous la pluie et dans le calme, bien loin des scènes de violences qui ont souvent marqué les précédentes manifestations.

Avec des actions quasi-quotidiennes, les manifestants hongkongais portent cinq revendications: le retrait du projet de loi permettant les extraditions vers la Chine continentale (à ce jour il n'est que suspendu), le retrait de la qualification "d'émeutes" pour les manifestations avec la création d'une commission d'enquête indépendante sur les violences policières, la libération sans poursuites des manifestants arrêtés, la mise en place du suffrage universel et la démission de Carrie Lam, cheffe de l'exécutif hongkongais.

Certains manifestants s'en sont pris aux locaux de la Fédération des syndicats, une organisation pro-Pékin, les couvrant de graffitis et les bombardant d'oeufs. Mais de plus en plus de personnes ont le sentiment que Pékin cherche à accroître sa mainmise sur le petit territoire. "Si nous ne descendons pas dans la rue, notre avenir, notre prochaine génération sera confrontée à davantage encore de répression", a-t-il ajouté.

"Foutez ces agents étrangers dehors", slament les membres de CD Rev. Pour ce groupe de rap chinois, les manifestations à Hong Kong sont le résultat d'un complot des services occidentaux destiné à imposer par la force la démocratie au territoire autonome.

La police n'avait autorisé le rassemblement de dimanche que dans le parc, interdisant tout défilé dans les rues. Quant aux partisans du gouvernement, ils s'étaient également réunis dans un parc pour dénoncer le mouvement pro-démocratie et soutenir la police. "Ce sont des émeutiers, dénués de raison, sans pensée". Ils étaient des milliers au Canada, notamment à Toronto, Calgary et Vancouver où réside une importante communauté chinoise. Donald Trump a déjà mis en garde les protagonistes contre une issue violente de cette crise et l'Union européenne a appelé samedi 17 août les différentes parties à entamer " un dialogue large et inclusif " afin de " désamorcer la situation " à Hong Kong. La manifestation ce dimanche est à cet égard un test de détermination des militants pro-démocratie, et de la popularité de leur mouvement. Mardi, lors de l'occupation du hall de l'aéroport international de Chek Lap Kok, des manifestants avaient empêché des voyageurs d'embarquer puis agressé deux hommes accusés d'être des espions de Pékin.

Ces images ont terni un mouvement qui s'en était pris jusque-là principalement à la police ou aux institutions gouvernementales, mais elles ont déclenché un examen de conscience parmi les contestataires. Les médias chinois ont également diffusé des images de soldats chinois et de transports de troupes blindés massés de l'autre côté de la frontière, à Shenzhen.

Washington a prévenu Pékin qu'une intervention militaire serait une "grosse erreur", tandis que les experts estiment qu'elle serait un désastre du point de vue économique et en terme d'image pour la Chine.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL