Quels sont les produits nocifs d’après 60 millions de consommateurs — Produits ménagers

Evrard Martin
Août 29, 2019

C'est ce que réclame le mensuel "60 millions de consommateurs", qui plaide mardi, 27 août, pour une un étiquetage différent des produits ménagers, pétition à l'appui.

C'est un véritable plaidoyer pour une meilleure identification des produits ménagers que nous livre le magazine "60 Millions de consommateurs". " On ne peut pas acheter des produits avec un Écolabel les yeux fermés: dans certains, on a quand même trouvé certaines substances problématiques pour l'environnement, dans d'autres des substances problématiques pour la santé ", affirme Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint du magazine édité par l'Institut national de la consommation (INC).

Sur le modèle du "Nutri-Score" pour les produits alimentaires, que plusieurs associations de consommateurs européens souhaitent rendre obligatoire, le magazine propose un nouveau système de notation des risques potentiels des détergents et autres nettoyants ménagers destinés à l'entretien de la maison. Les produits sont notés de A, pour les plus vertueux, à E.

Et les résultats sont parfois radicaux: ainsi, le mensuel estime "inutiles" les produits désinfectants et les lingettes, déconseille ceux à base d'eau de Javel car présentant des risques pour les yeux ou les voies respiratoires et juge "très polluants" les blocs pour les WC.

Parmi les liquides multi-surfaces, le St Marc ("côtes bretonnes") et le W5 de Lidl ("à la lavande") obtiennent la lettre E, avec un impact nocif sur la santé et l'environnement. C'est également le cas pour les lingettes Carolin ("au bicarbonate"), Leader Price ("sans Javel, parfum eucalyptus") et Monoprix ("antibactériennes").

Parmi les sprays pour la cuisine et la salle de bains, Casino avec son dégraissant au savon de Marseille et Cif avec Cuisine et salle de bains 5en1 sont les mauvais élèves. Même chose pour les serpillières pour le sol, avec celles de Swiffer pointé du doigt ("lingettes imprégnées pour le sol au citron"), ou les gels pour les WC, avec celui de U ("surpuissant, détartrant 5 en 1"). Les consommateurs pourraient donc désormais repérer en seul coup d'œil les mousses, savons ou détergents les plus dangereux pour la santé humaine ou l'environnement, avec l'étiquette Menag'Score. Les mousses pour la salle de bains affichent un bilan catastrophique: la mieux "notée" dans le "Ménag'Score" obtient la lettre C, et trois autres la lettre E. Deux sont de la marque Cillit Bang ("antibactériens et salle de bains" ainsi que le "douche et surfaces larges"), une de Topp's ("mousse express salle de bains"). "Si les produits porteurs des labels Ecolabel ou Ecodétergent sont nombreux à obtenir une bonne note, certains écopent tout de même d'un score médiocre, comme les liquides multisurfaces Étamine du Lys, Apta ou Univert, notés C", expliquent les auteurs.

En effet, " la réglementation sur les détergents n'impose d'indiquer que les grandes familles de composants avec leur fourchette de concentration " Pour le reste, c'est-à-dire les allergènes et les conservateurs, aucune obligation.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL