Raquettes cassées, chaussures lancées dans le public... Kyrgios pète un plomb (vidéo)

Solenn Plantier
Août 16, 2019

L'arbitre irlandais lui a alors rétorqué qu'il n'en avait pas le temps.

Le comportement de l'Australien Nick Kyrgios lors de son match de deuxième tour du tournoi de Cincinnati, face au Russe Karen Khachanov, lui coûtera quelques dollars. Kyrgios est tout de même parti, deux raquettes sous le bras.

Face à Khachanov, N.8 mondial et récent demi-finaliste au Masters 1000 de Montréal, l'Australien est à nouveau sorti de son match et s'est incliné 6-7 (3/7), 7-6 (7/4), 6-2. Les images de la télévision le montrent franchissant une porte avant de briser violemment ses raquettes puis de revenir sur le court, tout en maudissant l'arbitre de chaise.

Kyrgios a gardé le focus sur l'officiel jusqu'à ce qu'il écope un point de pénalité juste après la perte du deuxième set. "A chaque fois", pestera encore l'Australien en référence à la nationalité irlandaise de l'arbitre. Pas vraiment puisque les effets positifs n'ont pas eu lieu et que Kyrgios a ensuite refusé de serrer la main de l'arbitre à la fin de la rencontre. "T'es un putain de raté, mec", lui a lancé l'Australien, avant de cracher dans sa direction.

Si son comportement est tout à fait condamnable sur cette rencontre, il est vrai qu'il pointe un vrai sujet.

Kyrgios, qui a remporté il y a deux semaines à Washington sa sixième couronne en simple sur le circuit ATP, n'est jamais très loin de la controverse: la semaine dernière à Montréal, il a eu un accrochage avec un arbitre, estimant que les serviettes n'étaient pas assez blanches.

À lire aussi: Roland-Garros: Tomic est "d'accord" avec Kyrgios quand il dit que ce tournoi "craint " Wimbledon: "Je l'ai visé, ouais", Kyrgios admet avoir tiré exprès en plein sur NadalSanction: Le coup de sang de Nick Kyrgios à Rome lui vaudra 20.000 euros d'amende " Fondamentalement, c'est une bonne personne". "Je ne vais pas m'excuser auprès de lui", avait-il fanfaronné.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL