Trois médecins arrêtés pour le meurtre de leur confrère de l'OMS — RDC

Xavier Trudeau
Août 10, 2019

Le colonel Kumbu Ngoma Marcel, magistrat instructeur dans l'affaire du meurtre de l'épidémiologiste de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Richard Mouzoko Kibound, tué en avril dernier, à Butembo, a démenti, ce mercredi 7 août, à ACTUALITE.CD, d'avoir fait de ce dossier "un fonds de commerce", en demandant aux personnes déjà interpellées d'exorbitantes sommes d'argent pour leur accorder une liberté provisoire, comme a accusé la veille le député Tembos Yotama, élu de Butembo.

Pour le procureur militaire, le lieutenant-colonel Jean-Baptiste Kumbu Ngoma en charge de cette affaire, les médecins "sont parmi les auteurs moraux" de l'attaque du 19 avril 2019.

Il aura fallu plus de trois mois d'enquête et l'interpellation de 54 personnes pour arriver à l'arrestation de ces trois médecins. C'est au cours de leurs aveux que les noms des commanditaires sont sortis. Un quatrième, aujourd'hui à l'étranger est également soupçonné de faire partie des commanditaires.

Joints par RFI, des proches de trois prévenus dénoncent un "complot ".

Le docteur Richard Mouzoko avait succombé à ses blessures dans la salle des soins après avoir été atteint d'une balle lors de l'incursion des hommes armés alors qu'il participait à une réunion d'équipe.

Dans une lettre adressée au maire de Butembo, un groupe représentant les médecins locaux a déclaré qu'il était "indigné" par les arrestations qui, selon lui, paralysaient les services médicaux essentiels dans la région. "Leur absence nuit à notre système de santé", explique le docteur Kalima Nzanzu, président de la cellule de l'ordre des médecins de Butembo.

Il a dit que les médecins devraient être libérés sous caution et que le personnel médical déclencherait une grève dans les 48 heures s'ils ne l'étaient pas.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL