Une nouvelle version de "Maman, j'ai raté l'avion" en préparation

Pierre Vaugeois
Août 7, 2019

Le chiffre d'affaires en hausse de 33% à 20,245 milliards de dollars, tout comme le bénéfice par action ressorti à 1,35 dollar, a déçu Wall Street.

Quand tu rachètes une boîte de production pour la modique somme de 71 milliards de dollars et que tu possèdes 27 % de l'industrie du cinéma, c'est dans ton intérêt d'en jouir le plus possible. Les trois derniers mois de l'exercice devraient également être affectés, précise le communiqué.

Les investisseurs n'ont pas apprécié et l'action Disney reculait de presque 3,54% à 22H30 GMT lors des transactions électroniques suivant la séance officielle.

Son PDG Bob Iger a dévoilé les projets qui se trouvaient dans les cartons pour remplir le catalogue de la compagnie, rapporte CNN. "J'ai confiance en notre capacité à redresser la situation (.) et vous verrez les résultats dans deux ans", a-t-il promis. Bob Iger s'est d'ailleurs félicité de ces performances extraordinaires.

Afin de concurrencer Netflix, Disney a récemment annoncé qu'un pack comprenant Disney+, Hulu et ESPN+ serait bientôt disponible, au même prix que l'abonnement de Netflix. Disney+ tout seul sera proposé à 6,99 dollars, là ou l'offre de Netflix débute à 9 dollars et va jusqu'à 16 dollars.

Avec le triomphe d'Avengers: Endgame au box-office mondial (c'est le plus gros succès de tous les temps), et le succès de Captain Marvel, Aladdin, Toy Story 4 ou encore Le Roi Lion, on imaginait difficilement Disney tirer la tronche au moment de faire ses comptes.

Depuis le début de l'exercice, les studios sous la houlette de Mickey ont engrangé 8 milliards de dollars, "un record pour le secteur", a déclaré Bob Iger. La fin d'année devrait permettre au groupe de poursuivre sur cette lancée avec, notamment, la sortie en salles de deux titres assurés d'attirer les foules: "La Reine des Neiges 2" et "Star Wars: The Rise of Skywalker".

Les manifestations parfois violentes qui se déroulent à Hong Kong depuis maintenant deux mois en défiance du régime communiste de Pékin se font ressentir sur la fréquentation du parc Disney, a également reconnu Bob Iger.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL