Une opération pourrait retarder la ménopause de vingt ans

Evrard Martin
Août 8, 2019

Cette procédure, proposée par Simon Fishel, fondateur de l'entreprise ProFam, est déjà utilisée pour les femmes souffrant d'un cancer. The Guardian rapporte l'existence d'une technique médicale mise au point par des spécialistes de la fécondation in vitro (FIV) au Royaume-Uni.

Pour l'équipe de spécialistes, cette procédure, si elle s'avère concluante, pourrait bénéficier aux femmes souffrant de graves problèmes de santé aggravés par la ménopause, comme les problèmes cardiovasculaires et l'ostéoporose. Elle permettrait en outre de retarder l'apparition des symptômes plus " classiques " tels que les bouffées de chaleur ou la diminution du désir sexuel.

Neuf femmes ont déjà eu recours à la procédure qui consiste à prélever un bout de tissu ovarien via une chirurgie en trou de serrure, puis à le congeler.

Les médecins utilisent déjà une procédure similaire pour protéger la fertilité des femmes qui sont sur le point de recevoir un traitement contre le cancer.

"Il s'agit du premier projet au monde à fournir une cryoconservation du tissu ovarien à des femmes en bonne santé, uniquement pour retarder leur ménopause", a déclaré au Sunday Times Yousri Afifi, directeur médical de PROFAM (Protection de la Fertilité et de la Ménopause), une société basée à Birminghan et co-fondée par quatre experts de renommée mondiale en médecine de la reproduction. Si, à l'avenir, la femme souhaite avoir des enfants, les tissus sont décongelés et réimplantés.

Lorsqu'arrivera les premiers signes de la ménopause, les femmes concernées pourront ainsi se faire réimplanter ce tissu ovarien, de préférence dans une zone très vascularisée comme l'aisselle.

" La mesure dans laquelle l'opération retardera la ménopause dépend de l'âge auquel le tissu est prélevé et à quel moment il est greffé", précise BFM TV. Au-delà du report de la ménopause, les médecins croient que l'intervention pourrait permettre d'économiser des sommes substantielles en réduisant les coûts de traitement de la ménopause.

Mais cette technique pourrait aussi changer la donne concernant les traitements de l'infertilité. Les tissus prélevés chez une femme de 25 ans pourraient ainsi retarder la ménopause de 20 ans, tandis que ceux prélevés sur une femme de 40 ans ne pourraient retarder son apparition que de cinq ans. "Contrairement à la FIV, la préservation du tissu ovarien ne nécessite pas de médicaments pour stimuler les ovaires et est susceptible de produire beaucoup plus d'ovules, a ainsi déclaré le docteur Simon Fishel, médecin spécialiste de la fertilité et président du groupe britannique Care Fertility".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL