Canada : une nouvelle espèce de ptérosaure identifiée

Claudine Rigal
Septembre 13, 2019

Dans la revue Journal of Vertebrate Paleontology, des scientifiques ont annoncé avoir identifié une nouvelle espèce, le premier ptérosaure à être découvert au Canada.

Les fossiles avaient été découverts il y a déjà trente ans dans la province canadienne de l'Alberta, mais les paléontologues les avaient alors associés au Quetzalcoatlus, découvert au Texas.

Des paléontologues ont découvert un "dragon piégé dans la glace". Grâce à une nouvelle étude et du matériel supplémentaire, les spécialistes ont fini par contredire cette identification. Leurs grosses têtes, équilibrées au bout d'un cou très long, donnent un aspect de corps de type girafe avec de longues jambes et de grands pieds, sans oublier leurs ailes absolument gigantesques!

Leur rapport évoque notamment un cou plus robuste et la présence d'une cavité supplémentaire dans les vertèbres du ptérosaure.

De plus, l'humérus du reptile (l'os long de la partie supérieure du bras), est clairement différent de celui du Quetzalcoatlus texan. Autant de caractéristiques qui ont confirmé que les ossements n'appartenaient pas à l'une des espèces déjà documentées.

Les auteurs de l'étude estiment que les restes se sont déposés au Canada il y a entre 76.7 et 74.3 millions d'années, ce qui en fait l'un des plus anciens azhdarchidae connus en Amérique du Nord.

Le squelette provient d'un jeune animal dont l'envergure approche les cinq mètres, mais un os géant provenant d'un autre spécimen suggère qu'un spécimen adulte posséderait une envergure de près de dix mètres.

En terme de taille, cela place le ptérosaure canadien dans une catégorie similaire à celle du Quetzalcoatlus et permet de le classer parmi les plus grandes créatures ayant jamais volé sur Terre.

À l'heure actuelle, les fossiles de ptérosaures sont rares et très peu d'azhdarchidae ont été retrouvés. Comme les autres reptiles volants du crétacé, ces animaux étaient carnivores et chassaient principalement des petites proies parmi lesquelles des lézards, des petits mammifères et même des bébés dinosaures.

"C'est fantastique que nous puissions différencier Cryodrakon de Quetzalcoatlus, car cela signifie que nous avons une meilleure idée de la diversité et de l'évolution des ptérosaures prédateurs en Amérique du Nord à cette époque", a expliqué Hone. Il reste donc bien des choses à apprendre sur C. boreas mais les paléontologues ont bon espoir de trouver d'autres fossiles qui pourraient les éclairer et confirmer certaines théories.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL