Elections en Russie: lourdes pertes pour le pouvoir à Moscou

Claudine Rigal
Septembre 10, 2019

C'est assurément un revers et un avertissement sévère pour Russie unie, le parti au pouvoir dans le pays.

Le Service fédéral russe de supervision des communications (Roskomnadzor) a accusé Google, Facebook et YouTube d'avoir propagé une publicité politique, interdite en Russie dimanche 8 septembre en raison de la tenue des élections municipales et régionales.

Les principaux candidats de l'opposition avaient vu leur candidature rejetée par le Kremlin, acte qui avait provoqué de fortes réactions via de nombreuses manifestations cet été.

Vladimir Poutine a, lui, voté à l'Académie des Sciences.

L'opposant Alexeï Navalny avait appelé les électeurs à " voter intelligemment " en soutenant, faute de candidats de l'opposition libérale, les candidats en lice les mieux placés pour battre les candidats du Kremlin. Son parti Russie unie a perdu environ un tiers de ses sièges du Parlement de la capitale, selon des résultats provisoires donnés par les agences de presse russes.

Neuf anciens députés de Russie unie n'ont pas réussi à conserver leur siège, parmi lesquels le chef de la branche moscovite de ce parti, Andreï Metelski, élu depuis 2001.

Pratiquement toutes les figures de l'opposition ont reçu de courtes peines de prison et cinq manifestants ont écopé de lourdes peines pour " violences " envers les forces de l'ordre, allant jusqu'à quatre ans de prison.

L'opposant Alexeï Navalny dont tous les alliés ont été exclus des élections vote à Moscou le 8 septembre 2019
Les Russes élisent leurs représentants locaux après un été de manifestations

Les autorités avaient pourtant pris soin de ne présenter aucun candidat sous cette bannière, s'efforçant d'aller chercher des personnalités issues de la société civile. "L'important, ce n'est pas la quantité, mais la qualité", a-t-il déclaré.

Deux autres partis entrent au Parlement moscovite: les libéraux de Iabloko, qui remportent trois sièges et pourront en plus compter sur une indépendante qu'ils soutenaient, et le parti Russie juste, considéré comme faisant partie de l'opposition "tolérée " par le Kremlin, qui a désormais trois députés.

Le taux de participation est toutefois resté très bas à Moscou à 21,77%, à peine plus que lors de la précédente élection locale en 2014.

Les résultats définitifs pour les plus de 5.000 scrutins locaux devraient être connus dans la journée de lundi. Les Russes élisent 16 gouverneurs régionaux et les parlementaires locaux de 13 régions, dont la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014.

A Saint Petersbourg, le gouverneur sortant, Alexandre Beglov, soutenu par Moscou arrive en tête. Son principal opposant, le candidat communiste et réalisateur réputé Vladimir Bortko, s'était retiré de la course quelques jours avant l'élection, affirmant que les "dés étaient pipés".

Le mouvement de protestation a débuté à la mi-juillet, lorsque la Commission électorale a invalidé un grand nombre de candidatures pour cause de parrainages insuffisants, ce que Vladimir Poutine a approuvé dimanche, après avoir voté.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL