La Bourse de Paris finit quasi à l'équilibre (afp)

Xavier Trudeau
Septembre 19, 2019

A 09H34 (07H34 GMT), l'indice CAC 40 grappillait 0,31 point à 5.615,82 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,94%.

Les investisseurs seront focalisés ce mercredi sur la décision de la Réserve fédérale américaine, qui achève dans la soirée une réunion de politique monétaire de deux jours.

Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine, devrait à nouveau annoncer ce mercredi soir une légère baisse des taux d'intérêt pour compenser les risques que font peser les tensions commerciales sur l'économie américaine.

"Le taux de chômage aux États-Unis est proche d'un plus bas en 50 ans, l'inflation sous-jacente s'accélère et les salaires sont robustes", a-t-il détaillé, ce qui pourrait rendre la justification d'une nouvelle détente monétaire difficile, et ce d'autant plus dans un contexte de bond des cours du pétrole après une attaque contre des installations pétrolières samedi, même si les cours ont effacé une partie de leurs gains depuis.

"Le pétrole restera le catalyseur clé", a estimé pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Pour l'heure, la situation semblait en voie de normalisation en Arabie saoudite, où le ministre de l'Energie, le prince Abdel Aziz ben Salmane, a confirmé mardi que la production pétrolière de son pays serait rétablie fin septembre.

L'électricien français a gagné 3,18% à 10,70 euros. Le groupe estime qu'il n'aura pas à arrêter de réacteur nucléaire malgré la découverte récente de problèmes de fabrication sur certains composants, qui concernent six réacteurs en exploitation.

Dans le transport aérien, Air France-KLM perdait 3,97% à 9,10 euros et Airbus 3,30% à 121,36 euros. Selon le groupe, la flotte mondiale d'avions de ligne va plus que doubler au cours des 20 prochaines années, ce qui va entraîner un besoin de 39.210 avions et cargo neufs d'ici à 2038.

Les valeurs pétrolières évoluaient en ordre dispersé sur fond de stabilisation des cours. Total a progressé (+0,34% à 48,02 euros), tandis que CGG a perdu 1,34% à 2,21 euros, TechnipFMC 1,70% à 21,95 euros et Vallourec 2,52% à 2,71 euros. Cette vaste opération valorisée à plus de 20 milliards d'euros a mécaniquement profité au titre de l'énergéticien allemand (+0,17% à 8,93 euros).

Safran s'effritait de 0,21% à 141,80 euros.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL