La réforme des retraites entouré du flou

Claudine Rigal
Septembre 4, 2019

"Une réforme examinée " dans les mois qui viennent ", selon Édouard Philippe". Hier, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a évoqué une concertation de près d'"un an". Des sons dissonants dans l'Exécutif qui laisse à penser que le projet pourrait tout aussi bien être remis aux calendes grecques. "On va prendre un an, un petit peu moins d'un an, de concertations avec la société, avec les avocats, les infirmières, les fonctionnaires, les professeurs, tout ceux qui sont concernés, les Français", a précisé le ministre de l'Action et des comptes publics. "Mais le projet de loi sera présenté au Parlement lors des mois qui viennent", a tranché le Premier ministre, soucieux de "tenir les promesses évoquées lors de la campagne présidentielle".

Mais quelques heures plus tard, sur son compte Twitter, le ministre de l'Action et des comptes publics revient sur sa déclaration.

M. Darmanin avait par ailleurs ajouté que la volonté d'Emmanuel Macron de donner la priorité à la durée de cotisation plutôt qu'au relèvement de l'âge de départ était "une ouverture faite notamment à la CFDT et à M. (Laurent) Berger".

Le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye avait présenté mi-juillet un rapport préconisant la mise en place, à partir de 2025, d'un " système universel " de retraites par points fusionnant les 42 régimes existants.

Invité de RTL vendredi 30 août, Gérald Darmanin a assuré que la suppression intégrale de la taxe d'habitation pour les 20% de ménages les plus aisés interviendrait en 2022.

Les 5 et 6 septembre prochain, les partenaires sociaux seront reçus à Matignon, tandis qu'un processus de "concertation citoyenne" doit être lancé à l'automne.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL