La rémunération des dirigeants fait jaser — Iliad

Xavier Trudeau
Septembre 10, 2019

Semaine à oublier pour Iliad.

Une mauvaise passe à laquelle s'ajoute désormais l'inquiétude de certains investisseurs quant à la politique de rétribution de certains de ses hauts dirigeants.

Ces cinq cadres font partie des 23 salariés du groupe fondé et contrôlé par Xavier Niel ayant bénéficié en 2010 et 2011 d'un programme d'attribution gratuite d'actions représentant 5% de Free Mobile, filiale mobile non cotée du groupe qui a débuté ses activités en 2012.

Selon le rapport financier semestriel publié mardi, Iliad a ainsi autorisé le 14 juin dernier l'échange de titres Free mobile en actions Iliad dans le cadre de cette procédure. Ce plan donnait la possibilité aux bénéficiaires d'être réglé en cash ou en titres Iliad à un prix fixé par un expert indépendant.

En croisant avec les déclarations AMF, le quotidien britannique des affaires a calculé que plus de la moitié de cette somme a bénéficié à Maxime Lombardini (président du conseil), Rani Assaf (directeur général délégué), Cyril Poidatz (directeur général), Antoine Levavasseur (directeur général délégué) et Thomas Reynaud (directeur général). Les administrateurs ont autorisé, en juin, l'échange de titres Free mobile en actions Iliad pour près de 97 M€ aux cours de l'époque. Cette situation prend évidemment davantage de relief depuis que le cours de l'action Iliad a été divisé par deux en moins de deux ans.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL