La SNCF veut un rapprochement entre Eurostar et Thalys

Xavier Trudeau
Septembre 27, 2019

"Son dernier été à la tête de la SNCF n'aura pas déçu Guillaume Pepy".

Eurostar et Thalys, les lignes de trains à grande vitesse vers Londres et le Benelux, vont entamer un rapprochement afin de créer une entreprise européenne de mobilité durable à grande vitesse.

Le projet de rapprochement, baptisé " Green Speed", a été présenté vendredi aux conseils d'administration des actionnaires des deux compagnies.

" Combiner les deux réseaux " a trois avantages, a-t-il expliqué à des journalistes: " Faire un bout de l'Europe de la grande vitesse ", " simplifier la vie des gens " et augmenter la fréquentation".

À terme, les dirigeants espèrent faire passer le nombre de passagers annuels des réseaux combinés de 18,5 millions actuellement à près de 30 millions d'ici 2030. "Notre objectif (.), c'est de créer une entreprise européenne qui va permettre de faciliter le transport de ville à ville entre les pays et qui va concurrencer l'aérien et la voiture", a noté Rachel Picard, la directrice générale de SNCF Voyages.

La fusion, si elle se fait, devrait prendre "entre dix-huit mois et deux ans", selon lui.

Guillaume Pepy a présenté jeudi quelques éléments de la "maquette financière" d'ici à 2026, qui devra être amendée par le contrat de performance qui doit encore être passé avec l'Etat et l'installation d'une nouvelle direction début 2020.

En 2018, Eurostar a transporté 11 millions de voyageurs et Thalys 7,5 millions.

La SNCF détient 55 % d'Eurostar, alors que l'actionnariat est complété par la Caisse, la société Hermes Infrastructure et la Société nationale des chemins de fer belges. L'idée est de développer et d'étendre " ce double réseau, et la SNCF " souhaite à l'évidence garder le contrôle " de l'ensemble, a souligné Guillaume Pepy.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL