L'armée empêchera l'accès des manifestants d'autres régions à Alger, déclare Gaïd Salah

Pierre Vaugeois
Septembre 21, 2019

"Dans cette optique, nous avons constaté sur le terrain que certaines parties, parmi les relais de la bande, aux intentions malveillantes, font de la liberté de déplacement un prétexte, pour justifier leur dangereux comportement, qui consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens, en drainant chaque semaine des citoyens issus de différentes wilayas du pays vers la capitale, afin d'amplifier les flux humains, sur les places publiques, avec des slogans tendancieux qui n'ont rien d'innocent que ces parties revendiquent", a-t-il estimé, avant d'ajouter: "Leur véritable objectif est d'induire l'opinion publique nationale en erreur avec ces moyens trompeurs pour s'autoproclamer fallacieusement comme les porte-voix du peuple algérien".

Face à la contestation, le pouvoir a choisi le passage en force en annonçant dimanche, lors d'une allocution du président par intérim Abdelkader Bensalah, une nouvelle date pour la tenue d'une élection présidentielle, le 12 décembre.

Les étudiants manifestent chaque mardi depuis des mois, tandis que des rassemblements plus larges ont lieu chaque vendredi.

Ce nouveau rassemblement intervient après l'arrestation au cours de la semaine écoulée de plusieurs chefs de file de la contestation, née en février dernier contre le président Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission en avril.

Accès à Alger : la décision « risque d’ouvrir la voie à tous les dérapages », avertit l’Alternative démocratique
Algérie : L'armée veut empêcher l'accès d'Alger aux manifestants d'autres régions du pays - actualité du Cameroun

"J'ai donné des instructions à la gendarmerie nationale" pour empêcher la venue de manifestants "d'autres wilayas" (préfectures) à Alger, a déclaré dans un discours le général Gaïd Salah.

Il ajoute à propos de l'élection: " Nous soulignons que toutes les conditions propices à la tenue de cette échéance électorale, dans un climat de confiance et de transparence ont été réunies à travers la mise en place de cette Autorité Nationale, l'élection de son président et son installation avec ses cinquante membres, qui comptent parmi les compétences nationales connues pour leur intégrité et leur loyauté ". La présidentielle pour élire un successeur à M. Bouteflika, initialement prévue le 4 juillet, avait dû être annulée, aucun candidat ne s'étant déclaré, face à l'ampleur de la contestation.

Réunis en urgence, cet après-midi, les responsables des partis constituant cette coalition affirment que "cette mesure anticonstitutionnelle et antidémocratique risque d'ouvrir la voie à tous les dérapages car instituant autour de la capitale un état de siège qui ne dit pas son nom ". Les policiers ont procédé à l'arrestation d'une vingtaine d'entre eux. Celle-ci intervient après celles de l'opposant Karim Tabbou, écroué le 12 septembre, et de l'ancien vétéran de la guerre d'indépendance Lakhdar Bouregaâ, incarcéré depuis le 30 juin.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL