Le cancer constitue la première cause de décès dans les pays riches

Evrard Martin
Septembre 10, 2019

Les chercheurs soulignent aussi l'impact très élevé des maladies cardiovasculaires dans les pays à revenus inférieurs.

Gilles Deganais, professeur émérite à l'Université Laval (Québec) et aussi coauteur de la double publication, a fait remarquer que "le monde assiste à une nouvelle transition épidémiologique (.)".

En effet, sur les 55 millions de morts enregistrés en 2017 sur Terre, les maladies cardiaques représentent plus de 40 % des décès, tandis que le cancer représente 26 % des morts. Il est même "probable que le cancer deviendra la cause la plus courante de décès dans le monde dans quelques décennies", indiquent les chercheurs.

Mais à mesure que les taux de maladies cardiaques diminuent à l'échelle mondiale, le cancer pourrait devenir la principale cause de décès dans le monde "d'ici quelques décennies seulement", avance-t-il. Il a cependant gagné du terrain dans les pays les plus riches, où il tue désormais davantage de personnes que les maladies cardiovasculaires.

Mais dans les pays riches, le cancer tue maintenant plus de gens que les maladies cardiaques, d'après ces recherches, limitées à 21 pays, parues dans la revue médicale The Lancet.

Sur les 21 pays, 70% des cas de maladies cardiovasculaires sont dus à des " facteurs de risque modifiables ", qui peuvent être traités et évités. Pour parvenir à ces résultats, ils ont suivi 160 000 adultes pendant dix ans, entre 2005 et 2016, dans vingt et un pays: quatre à revenus élevés (Suède, Arabie saoudite, Canada, Emirats arabes unis), douze à revenus moyens (Argentine, Brésil, Chili, Chine, Colombie, Iran, Malaisie, Palestine, Philippines, Pologne, Afrique du Sud, Turquie) et cinq à revenus faibles (Zimbabwe, Tanzanie, Pakistan, Bangladesh, Inde). Un paradoxe puisque les pays à faibles revenus sont pourtant moins exposés aux risques de maladie cardiovasculaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL