L'OCDE tire la sonnette d'alarme — Crise économique mondiale

Xavier Trudeau
Septembre 21, 2019

"Tous les risques que nous observons nous entraînent vers un terrain dangereux pour la croissance, mais aussi pour l'emploi", a alerté Laurence Boone, la cheffe économiste de l'OCDE, lors de la présentation à la presse de prévisions de croissance très moroses pour l'économie mondiale.

L'OCDE a abaissé fortement ce jeudi ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale pour 2019 et 2020 en les ramenant à leur plus bas niveau depuis la crise financière de 2008/2009.

A l'origine du grand chambardement des relations commerciales, les Etats-Unis seraient rattrapés par leur stratégie dans le nouveau scénario de l'OCDE: leur croissance reculerait à 2,4% cette année (vs. 2,8% envisagé jusque-là) puis à 2% en 2020 (vs. 2,3%).

En raison notamment de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, du Brexit et de l'endettement privé, l'Organisation pour la Coopération et le développement économiques (OCDE) s'attend à ce que l'économie mondiale enregistre cette année son taux de croissance le plus faible depuis la crise financière de 2008-2009.

L'organisme, qui a revu ses prévisions à la baisse, estime que la croissance mondiale va chuter à 2,9 %, soit 0,3 point de moins que lors des dernières prévisions de mai.

L'OCDE tire la sonnette d'alarme — Crise économique mondiale
L'OCDE tire la sonnette d'alarme — Crise économique mondiale

Face à cette situation, l'OCDE appelle une nouvelle fois les Etats à "mettre fin à l'envolée des droits de douane et des subventions qui faussent les échanges" et à "rétablir des règles prévisibles pour les entreprises".

L'OCDE recommande aussi aux gouvernements de "limiter la dépendance à l'égard d'une politique monétaire sollicitée à l'excès", à un moment où les banques centrales européenne et américaine ont renoué avec une politique de soutien à l'économie. Aux États maintenant "d'engager des investissements publics" pour "sortir du piège d'une croissance faible persistante", estime l'OCDE, un énième appel du pied aux pays disposant d'une marge budgétaire, comme l'Allemagne.

L'économie britannique, en pleine incertitude sur le Brexit, ne devrait croître qu'au rythme de 1% (-0,2 point par rapport à la dernière prévision) cette année et se replier à 0,9% l'an prochain (-0,1).

La France devrait faire mieux que ses deux principaux partenaires de la zone euro avec une croissance de 1,3% en 2019 (sans changement) et 1,2% en 2020 (-0,1 point). Il s'agit d'une révision spectaculaire par rapport au mois de mai, quand l'OCDE tablait encore sur une progression du PIB mondial de 3,2% cette année et de 3,4% l'année prochaine. Les Etats-Unis, qui connaissent l'un des cycles de croissance les plus longs de leur histoire, devraient ralentir à 2,4 % cette année (-0,4 point par rapport à la dernière prévision) pour ensuite se replier à 2 % en 2020 (-0,3).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL