Marine Le Pen : "La France n'est pas une terre d'asile psychiatrique"

Claudine Rigal
Septembre 11, 2019

"L'histoire retiendra que la pire faute politique de Monsieur Macron sera d'avoir lancé les Français les uns contre les autres", a attaqué Marine Le Pen. Marine Le Pen a salué dimanche depuis son fief d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) le rapprochement amorcé en cette fin d'été entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, estimant avoir "réussi à convaincre" le dirigeant français de mener cette tâche.

Car "ce qui prédomine aujourd'hui en France, c'est un sentiment de grande confusion et de dissimulation, d'amateurisme et d'aventurisme, de déconnexion du politique avec le réel!", a tancé la patronne du RN, visant ouvertement le président Emmanuel Macron.

Une rentrée en terrain conquis pour Marine Le Pen. Avant de former cette conclusion: "Je suis heureuse de voir que j'ai réussi à le convaincre de ça!"La députée du RN voit ainsi sa propre marque dans la diplomatie actuelle du chef de l'Etat. Sans le vouloir peut-être, à chaque fois qu'il intervient en matière internationale, il défend l'État-nation", a-t-elle poursuivi". "Insécurité physique, avec un ensauvagement progressif de la société, avec ces meurtres gratuits au couteau, à la machette, au sabre japonais, ces lynchages pour des motifs futiles, ces passages à tabac pour un simple regard, ces exactions barbares par de prétendus déséquilibrés souvent venus d'ailleurs", a déclaré la présidente du Rassemblement national lors de son discours de rentrée à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Des "dérives antidémocratiques" que la cheffe du parti à la flamme a pris soin d'énumérer à sa façon, en ciblant "gardes à vue préventives", "campagne de diffamation contre les opposants" et "mutilations de manifestants" - une "marque indélébile du quinquennat Macron" qu'elle attribue au ministre de l'Intérieur, "l'indigne M. Castaner".

"C'est l'image de notre pays qui a a été abîmée", a taclé Mme Le Pen, regrettant aussi "les chars dans Paris", les policiers "armés de pistolets mitrailleurs".

Le RN entend ainsi "poursuivre la reconquête" entamée lors des européennes et "arriver au pouvoir", a-t-elle dit, appelant "tous ceux qui le souhaitent, de droite, de gauche, du centre", à la rejoindre. En ligne de mire: les futures départementales, régionales, et bien entendu la présidentielle de 2022.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL