Netanyahou promet d’annexer la vallée du Jourdain, s’il est réélu — Cisjordanie

Claudine Rigal
Septembre 11, 2019

Trop peu, trop tard, rhétorique ou dangereuse: la classe politique et la presse israélienne ont réservé mercredi un accueil critique à la promesse du Premier ministre Benjamin Netanyahu d'annexer un vaste pan de la Cisjordanie occupée s'il est réélu la semaine prochaine.

"Aujourd'hui, j'annonce mon intention d'appliquer, avec un futur gouvernement, la souveraineté d'Israël sur la vallée du Jourdain et la partie nord de la mer Morte", a déclaré M. Netanyahu lors d'une conférence de presse, précisant que cette mesure serait prise "immédiatement" après une victoire aux législatives du 17 septembre.

Concrètement, la vallée du Jourdain représente environ 30% de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par l'Etat hébreu depuis 1967. "C'est une violation flagrante du droit international, c'est du vol de terre flagrant, c'est du nettoyage ethnique", a déclaré Hanane Achraoui, une cadre de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Une occupation illégale au regard du droit internationale.

Ryad, dans la soirée, a dénonce une " dangereuse escalade " et demandé une " réunion d'urgence " des ministres des Affaires étrangères des 57 membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).

L'ONU a mis en garde mardi Israël: "Une telle perspective serait dévastatrice pour la possibilité de relancer les négociations, la paix régionale et l'essence même d'une solution à deux États", Israël et la Palestine, a affirmé le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Interrogé sur la réaction du chef des Nations unies, Antonio Guterres, le porte-parole a répondu: "La position du secrétaire général est claire".

La Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est, a averti mardi que la promesse du Premier ministre israélien "entraînerait toute la région dans la violence" et que les "promesses électoralistes de Netanyahu (.) risquent de tuer tout le processus de paix".

Les Etats-Unis, qui ont apporté un soutien indéfectible à Israël depuis l'accession de Donald Trump à la Maison Blanche début 2017, doivent présenter le détail de leur plan de paix pour le Moyen-Orient après les élections israéliennes.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu montre sur une carte la Vallée du Jourdain lors d'une conférence de presse à Ramat Gan près de Tel-Aviv le 10 septembre 2019
Annexion d’une partie de la Cisjordanie : la promesse de Netanyahu qui inquiète - LCI

Benyamin Nétanyahou, qui fait campagne à droite et courtise l'électorat des colons juifs favorables à l'annexion de la Cisjordanie, est actuellement au coude-à-coude avec son rival, l'ancien chef de l'armée Benny Gantz, à la tête du parti centriste "Bleu-blanc". "Nous comprenons de ce que le Premier ministre a dit que (l'annexion) est la carotte du plan de Trump".

Si le projet d'annexion est soutenu par des partis de droite proches du Likoud de M. Netanyahu, voire par une grande partie de ses adversaires politiques, le timing de l'annonce, à une semaine d'élections, a été critiqué. La question qui demeure est de savoir quel est le bâton?

Les Israéliens se sont réveillés avec les images du Premier ministre forcé d'interrompre un meeting électoral à Ashdod, ville située entre Tel-Aviv et la bande de Gaza, après des tirs de roquettes du mouvement islamiste palestinien Hamas qui ont déclenché les sirènes d'alarme.

Au cours des derniers mois, et d'ailleurs avant les élections d'avril -qui n'avaient pas réussi à déboucher sur un gouvernement d'union d'où le nouveau scrutin de septembre-, M. Netanyahu avait déjà promis l'annexion de colonies en Cisjordanie.

Or, quelques minutes après l'annonce de M. Netanyahu, Donald Trump annonçait sur Twitter le limogeage de son conseiller à la sécurité nationale John Bolton, considéré comme un allié d'Israël et un partisan de la ligne dure, comme M. Netanyahu, face à l'Iran.

A ce jour, plus de 600.000 Israéliens mènent une coexistence souvent conflictuelle auprès de trois millions de Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL