Once Upon a Time in Hollywood : une série en vue

Pierre Vaugeois
Septembre 11, 2019

De cette manière, Tarantino pourrait découper Once Upon a Time... in Hollywood en plusieurs épisodes, format qui permettrait de creuser davantage la psychologie des personnages tout en ajoutant des scènes coupées au montage par la pression des studios, et non par le souhait du metteur en scène.

En avril dernier, la plateforme Netflix proposait à ses abonnés américains la version intégrale des Huit salopards, présentée sous la forme d'une mini-série. Agrémenté de 45 minutes supplémentaires par rapport à la version cinéma, ce programme décliné en quatre épisodes d'une cinquantaine de minutes a visiblement inspiré son réalisateur. Alors, en attendant, on patiente gentiment, dans l'espoir de voir une version de Kill Bill de la même sorte pointer le bout de son nez.

Once Upon a Time... in Hollywood, le dixième et probable avant-dernier film de Quentin Tarantino, s'est attiré les louanges des critiques depuis sa projection cannoise. C'est en tout cas ce qu'a évoqué Brad Pitt lors d'une entrevue accordée au New York Times: "Ouais, il en a parlé. On pourrait presque dire que c'est le meilleur des deux mondes: nous proposons l'expérience cinéma de départ, et en même temps, vous pouvez découvrir plus de contenu avec le format sériel".

Je vois les séries comme une façon de passer plus de temps avec les personnages et l'histoire, et d'explorer des angles qu'on ne peut pas toujours explorer dans un film. Pour cette raison, je pense que l'approche de Tarantino est intéressante, comme il l'avait fait avec Les Huit Salopards et son découpage en trois épisodes.

Une annonce qui confirme à nouveau l'envie croissante de Quentin Tarantino de s'essayer à d'autres médiums comme le théâtre ou la télévision.

Un projet qui fait sens pour l'interprète de Cliff Booth dans "Once Upon a Time in Hollywood" qui porte un regard avisé sur la consommation des films et des séries de la nouvelle génération: "Ce que j'ai remarqué à propos de la jeune génération, c'est qu'ils ont l'habitude de recevoir beaucoup d'informations à une cadence effrénée, et ils ont plus tendance à regarder des mini-séries".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL