SANTE : Un test sanguin pour détecter Alzheimer 20 ans avant son apparition

Evrard Martin
Septembre 23, 2019

Un test sanguin permettant de détecter Alzheimer avec une précision de 94% et jusqu'à 20 ans avant que la maladie ne se déclare a été développé aux États-Unis. Mais les scientifiques américains de l'Université Washington de Médecine de Saint Louis, dans le Missouri, estiment que leur test est capable de détecter les changements dans le cerveau relatif à la maladie d'Alzheimer avec un taux de réussite de 94 %, tout en étant bien plus accessible et moins coûteux qu'un IRM. Cet examen s'avèrerait révolutionnaire puisqu'aujourd'hui, la détection d'Alzheimer ne se fait que par IRM, technique coûteuse et chronophage. "Avec le test sanguin, nous pourrions potentiellement examiner des milliers de personnes par mois", se réjouit auprès du Guardian Randall Bateman, un des auteurs principaux de l'étude et professeur en neurologie.

Il s'agit d'une grande avancée médicale concernant cette maladie. Ce test utilise la spectrométrie de masse pour mesurer avec précision les quantités de deux formes de bêta-amyloïde dans le sang, ces petites protéines, justement, qui constituent les plaques amyloïdes: la bêta-amyloïde 42 et la bêta-amyloïde 40. Ces agrégats de bêta-amyloïde sont détectables jusqu'à 20 ans avant que la maladie ne se déclare. Ils expliquent également que ce test leur permettrait de repérer les taux d'hémoglobine, qui, s'ils sont "faibles et élevés, sont associés à un risque accru de démence, y compris de MA (maladie d'Alzheimer)".

Toutefois, tant qu'aucun traitement ne permettra de stopper la progression d'Alzheimer, ces tests ne seront pas pleinement exploités, relate The Guardian. Les tests cliniques dont il fait l'objet devraient encore durer entre deux et cinq ans.

Actuellement, les patients ne sont traités qu'après l'apparition des symptômes, quand leurs cerveaux sont déjà fortement abîmés. "Car aujourd'hui, si les traitements ne marchent pas, c'est parce qu'on les donne trop tard", affirme à LCI Olivier de la Doucette, de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer.

Les résultats de cette étude ont été publiés jeudi 2 août, dans la revue Neurology.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL