Télévision : Bientôt de la publicité durant des matchs ?

Pierre Vaugeois
Septembre 6, 2019

Publicité et diffusion des films à la télé assouplis, fusion entre le CSA et l'Hadopi, investissement des plateforme dans la création.: voici les principales dispositions de la réforme de l'audiovisuel, hors organisation de l'audiovisuel public, présentées mardi par le ministre de la Culture Franck Riester.

Ceux qui en ont déjà marre des coupures pub vont devoir se résigner.

Une troisième coupure pub sera aussi autorisée dans les films et téléfilms d'une durée supérieure à une heure et demie sur les chaînes privées. Les chaînes seront ainsi libérées de la contrainte qui les pousse actuellement à attendre au moins 20 minutes entre deux coupures pub. Sujet majeur: la publicité ciblée, personnalisant le message véhiculé en fonction du profil du spectateur, va être autorisée dans le cadre d'un test grandeur nature d'un an.

Autre revendication des chaînes de télévision satisfaite, elles pourront désormais produire davantage de contenus en interne - via une réduction du quota réservé à la production indépendante - ce qui leur permettra de capitaliser sur le succès de leurs émissions maison.

Aussi à l'ordre du jour, la possibilité de diffuser les bandes-annonces des films de cinéma, du moment que l'équilibre entre cinéma d'auteur français et grosses productions étrangères soit respecté. Selon les analystes de Kepler Cheuvreux, "lever l'interdiction sur la publicité pour le cinéma pourrait ajouter autour de 1% à la croissance de la publicité française à la télévision en 2020/2021" sur un marché de plus de 3 milliards d'euros. De quoi permettre aux acteurs français et européens de se faire une place comme Molotov ou le futur Salto, le Netflix français de TF1, France TV et M6.

Dans le cas contraire, le ministre de la Culture prévient: "S'ils ne le font pas, ils ne pourront plus être disponibles en France".

Pour contrôler tout ce petit monde, le ministère prévoit la fusion du CSA et de Hadopi, qui deviendra le gendarme de l'audiovisuel, capable de contrôler le petit écran comme le web.

Franck Riester n'a pas confirmé des informations parues dans la pressesur un arbitrage du gouvernement en faveur de la création d'une holding supervisant les différentes entreprises de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France, France Médias Monde, etc.), envisagé depuis le début du quinquennat.

Ce projet, qui concerne également la publicité, sera présenté au CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) mi-septembre et devrait arriver sur le bureau du Conseil d'Etat fin septembre pour être étudié, discuté et adopté par le législateur en janvier 2020.

"Derrière ce projet global, Riester veut " réaffirmer notre souveraineté culturelle, notre modèle français de création et notre attachement à la liberté et à la vivacité de nos créations " afin de " de pouvoir rivaliser avec les champions européens, anglo-saxons et même chinois ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL