Un baiser gay fait polémique au Brésil

Claudine Rigal
Septembre 10, 2019

La raison? La bande dessinée montre deux jeunes super-héros gays, Hulkling et Wiccan, en train de s'embrasser. À cause des incendies qui ravagent l'Amazonie, à cause des critiques sur le physique de Brigitte Macron et aujourd'hui à cause de Marcelo Crivella, le maire conservateur de Rio de Janeiro.

"En démocratie, (.) les différentes convictions et visions du monde doivent pouvoir être exposées", a affirmé le président de la Cour suprême, José Antonio Dias Toffoli, pour justifier sa décision.

Un tribunal brésilien a autorisé le maire évangéliste de Rio de Janeiro à saisir des livres à connotation LGBT qu'il considère comme "inappropriés" pour les mineurs, faisant craindre pour certains des actes de censure et de discrimination.

La démarche de Marcelo Crivella a eu l'effet inverse de celui escompté: la clientèle s'est ruée sur les ouvrages en vente au salon du livre.

Couverture du premier numéro du comics Avengers, the children's crusade.

« De tels livres doivent être couverts de plastique noir et scellés»: au Brésil, il demandait le retrait d'une BD où deux hommes s'embrassent
Un baiser gay fait polémique au Brésil

L'un des plus grands quotidiens du Brésil, le Folha de São Paulo, a également publié le dessin des deux héros s'embrassant en Une de l'édition de ce samedi 7 septembre. Le Brésilien Felipe Neto, très populaire sur YouTube, avec plus de 34 millions d'abonnés sur sa chaîne, a acheté 14.000 volumes consacrés aux thématiques LGBT pour les distribuer gratuitement au salon du livre, en signe de protestation.

Le président du tribunal de Rio de Janeiro, Claudio de Mello Tavares, a apporté son soutien samedi aux initiatives du maire. Les organisateurs du salon du livre, qui s'est achevé dimanche, ont indiqué qu'ils feraient appel. Éditeurs et écrivains considèrent pour leur part que la décision du maire équivaut à de la censure.

"Puisque cette décision semble viser précisément l'interdiction de magazines exposant des baisers gay (plutôt que les autres), j'interpréterais cela comme étant motivé par de la discrimination, tant de la part du maire que du juge", a estimé un spécialiste du droit constitutionnel, Michael Mohallem, de la Fondation Getulio Vargas.

Dans ce pays où les mariages gays et lesbiens sont autorisés, la Cour suprême du Brésil a décidé en juin de criminaliser l'homophobie, l'assimilant à du racisme.

" Il n'est pas bon pour les mineurs d'avoir rapidement accès à des sujets qui ne sont pas en accord avec leur âge", a encore argumenté cet ancien évêque protestant évangélique, neveu du fondateur de la puissante Église universelle du Royaume de Dieu (IURD).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL