" "Xylella fastidiosa. La bactérie " tueuse d'oliviers " détectée en France

Claudine Rigal
Septembre 10, 2019

Les oléiculteurs corses, inquiets après la détection de la bactérie "tueuse d'oliviers" Xylella fastidiosa sur deux oliviers à Antibes et Menton, ont dénoncé lundi le manque de précaution des autorités, jugeant "illusoire et délirant de vouloir faire croire que seuls deux arbres sont touchés". Il s'agit toutefois des premiers cas d'oliviers trouvés contaminés en France. "Conformément à la réglementation, les deux oliviers contaminés qui présentent des symptômes de dessèchement seront arrachés et détruits dans les tout prochains jours afin d'éviter la propagation de la maladie", a fait savoir le ministère.

Les villes d'Antibes et de Menton se situent déjà en zone délimitée vis-à-vis de Xylella fastidiosa depuis l'automne 2015, pour la sous-espèce pauca à Menton et la sous-espèce multiplex à Antibes. Le cas de Menton, précise le ministère, est "lié à la même bactérie que celle présente en Italie".

Un périmètre de lutte a été établi autour de chacun des deux arbres, impliquant l'arrachage des végétaux sensibles à la bactérie. Une surveillance renforcée de tous les végétaux dans un rayon de 5 kilomètres est organisée.

La vigilance est de mise jusque dans la Drôme, département éloigné des secteurs contaminés, mais qui produit près de 400 tonnes d'huile d'olive soit environ 10 % de la production nationale. Considérée comme l'une des plus dangereuses pour les végétaux à l'échelle mondiale, la bactérie est transmise par des insectes très communs, et s'attaque à plus de 200 espèces. Les cicadelles véhiculent la Xylella Fastidiosa. La gravité de ses impacts varie selon la souche, le végétal et l'écosystème concerné.

Identifiée dans les Pouilles, sud de l'Italie, en 2013, labactérie Xylella fastidiosa a été repérée sur des plantes ornementales en Corse en 2015, et la même année à Nice et Mandelieu-La Napoule (Alpes-Maritimes).

Jusqu'à présent, cette bactérie n'avait jamais été décelée en France sur des oliviers, mais était présente sur d'autres végétaux en Corse, dans le Var et les Alpes-Maritimes, selon le ministère. Il n'existe pas de traitement curatif. Elle est également présente en Italie, au Portugal et en Espagne, où elle a occasionné d'importants dégâts.

Le ministère demande la coopération "des propriétaires, particuliers ou professionnels" dans la lutte contre ce fléau, rappelant "la nécessité impérieuse, pour les professionnels mais également les particuliers, de ne pas transporter des plantes lors de voyages en France ou à l'étranger".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL