74.500 manifestants selon Occurence, 42.000 selon la préfecture — Marche anti-PMA

Claudine Rigal
Octobre 7, 2019

Sept ans après les mobilisations monstres en France contre le mariage gay, plusieurs milliers d'opposants à l'ouverture de la procréation médicale assistée (PMA) à toutes les femmes défilaient dimanche à Paris pour demander le retrait d'un texte actuellement débattu au Parlement.

Agitant des drapeaux vert et rouge "Liberté Égalité Paternité", les manifestants ont marché dans le calme depuis les Jardins du Luxembourg, près du Sénat, jusqu'au pied de la Tour Montparnasse, à l'appel d'un collectif d'une vingtaine d'associations, dont la Manif pour tous. "Ouvrira-t-il le dialogue ou restera-t-il comme Hollande en 2012 dans le mépris?", avait déclaré la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, avant le départ du cortège.

Les organisateurs voulaient adresser " un avertissement au gouvernement ".

Son mouvement, ainsi que les autres poids lourd du collectif, telles que les Associations familiales catholiques (AFC) et Alliance Vita, ont en tous cas mis le paquet pour battre le rappel des troupes, avec plus de trois millions de tracts distribués, des murs tapissés d'affiches depuis des semaines, deux TGV spéciaux affrétés et plus d'une centaine de cars complets dans toute la France. "La loi ne doit pas en faire des orphelins", dit-elle.

Mariannes coiffées d'un bonnet phrygien, familles avec enfants en poussette, grands-parents, grappes d'étudiants... les opposants à la PMA pour toutes ont battu le pavé dimanche après-midi à Paris dans une ambiance proche de celle des premiers rassemblements de 2013 contre la loi Taubira.

L'avis d'un psychanalyste sur la PMA: "La fonction symbolique du père est irremplaçable" Loi PMA: les défenseurs de la famille ne lâchent rien Aude Mirkovic: "Si on estime que les enfants n'ont plus besoin de père, qu'on le prouve!" .

"Bien sûr, le désir d'enfant est légitime, bien sûr il est respectable, mais nous sommes venus (.) pour dire simplement, de façon paisible, que nous n'avons pas le droit de jouer les apprentis sorciers avec la condition humaine", a-t-il ajouté.

Ces manifestants apparaissent toutefois en décalage avec la société française, qui a évolué depuis 2012.

Selon le dernier sondage de l'institut Ifop en septembre, une très large majorité de Français soutient l'ouverture de la PMA aux femmes seules (68%) et aux lesbiennes (65%), un "niveau record". Le contexte politique a aussi changé: " en 2013, descendre dans la rue, c'était aussi pour dire non à François Hollande et une politique jugée antifamille", rappelle Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'institut.

Depuis, le clivage gauche-droite s'est "affadi", souligne le politologue.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL