Baisse "significative" des nouveaux diagnostics de séropositivité en France — Sida

Evrard Martin
Octobre 11, 2019

Pour les personnes nées à l'étranger, sur la période 2013-2018, on observe une baisse des découvertes de séropositivité pour les hommes hétérosexuels, une stabilité pour les femmes hétérosexuelles, et une augmentation pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.

Selon l'agence sanitaire, 6.155 personnes ont découvert leur séropositivité en France l'an dernier, contre 6.583 en 2017 (le chiffre pour 2017 ayant été affiné par rapport au précédent bilan fin mars, qui se montait à 6.400). L'Ile-de-France et les départements français d'Amérique, en Guadeloupe, Guyane et Martinique, sont les régions les plus touchées, ce qui était déjà le cas les années précédentes.

Alors que la sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida se déroule les 9 et 10 octobre à Lyon, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, se félicite des dernières données de 2018, publiées par Santé publique France, qui montrent un recul du VIH en France: le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité au VIH diminue de manière significative par rapport à 2017 (-7%).

Parmi les personnes qui ont découvert leur séropositivité en 2018, plus de la moitié a été contaminée par rapports hétérosexuels (56%). Les rapports sexuels entre hommes représentent 40 % des contaminations, et l'injection de drogues avec des seringues contaminées 2 %. Plus de la moitié (56%) des découvertes de séropositivité en 2018 concerne des personnes nées à l'étranger (dont les deux-tiers dans un pays d'Afrique subsaharienne).

Cette baisse pourrait être "expliquée principalement" par l'efficacité des traitements antirétroviraux, qui empêchent la transmission du virus par les personnes séropositives, ainsi que par "l'impact de la PrEP", traitement préventif destiné aux séronégatifs qui permet d'éviter tout risque d'infection par le VIH.

En revanche, ce constat de baisse n'est pas vrai pour les personnes nées à l'étranger, pour lesquelles le nombre de découvertes de séropositivité est globalement stable entre 2013 et 2018. "Le déploiement de la PrEP doit se poursuivre et des travaux sont en cours pour permettre aux médecins généralistes d'initier une telle prophylaxie ", a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué en commentant les résultats annoncés mercredi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL