Blizzard se positionne dans le conflit opposant la Chine à Hong Kong

Alain Brian
Octobre 12, 2019

La faute du joueur, de nationalité hongkongaise: avoir exprimé son soutien aux manifestations contre le pouvoir chinois qui secouent Hongkong depuis plusieurs mois. Il est également banni de toutes compétitions Hearthstone pour un an. Plus connu sous le nom de Blitzchung, ce champion du jeu de cartes en ligne Hearthstone, populaire dans le monde entier, se voit imposer de très lourdes sanctions imposées par l'éditeur américain Blizzard, rapporte The Daily Beast Pour avoir lancé le slogan le 6 octobre, dans une très brève interview d'après-match sur la chaîne officielle taïwanaise diffusant le tournoi, le joueur hongkongais doit en effet renoncer aux 10000 dollars américains de récompense gagnés en compétition. L'entreprise a justifié sa décision en citant l'une de ses règles internes, stipulant que les participants à ses tournois n'ont pas le droit de faire quelque chose "qui pourrait les engager dans une dispute publique, d'offenser une partie du public, ou qui pourrait abîmer l'image de Blizzard". Pour rappel, Hong Kong fait partie de la Chine depuis 1997, tout en gardant son propre système politique.

Aujourd'hui, c'est le célèbre studio de jeux vidéo Blizzard qui en fait les frais.

Fuite des joueurs: les comptes Blizzard sont-ils bloqués?

Les réactions à l'encontre de Blizzard ne cessent de croître. Les fans ont également commencé à détourner le personnage de Mei, combattante chinoise d'Overwatch, pour en faire la nouvelle icône du mouvement pro-démocratie de Hong Kong.

Pendant ce temps, Blizzard fait toujours la sourde oreille, quand bien même le studio a depuis toujours montré une certaine proximité avec ses joueurs. On se souvient d'ailleurs que la communauté n'hésite pas à faire part de son mécontentement lors des conférences de la BlizzCon.

Pire encore pour l'image de Blizzard, d'autres entreprises de l'industrie ont pris position publiquement en faveur des manifestants de Hong-Kong, comme par exemple Epic Games.

La vague d'indignation envers la décision a même fait des émules au siège même de Blizzard puisque les employés ont décidé de protester à leur manière. Bref, si Blizzard pensait avoir protégé ses intérêts financiers par sa décision, il semblerait bien que la réaction de ses clients et investisseurs puisse transformer cette sanction en une très grosse erreur stratégique.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL