Elections canadiennes: débat télévisé houleux entre les candidats

Claudine Rigal
Octobre 10, 2019

A deux semaines d'élections législatives canadiennes toujours indécises, Andrew Scheer, le grand rival de Justin Trudeau, a attaqué de front lundi le Premier ministre sortant qu'il a qualifié d' "imposteur " lors d'un deuxième débat télévisé tendu. À Gatineau, Yves-François Blanchet a exprimé sa lassitude d'avoir eu à discuter, encore, de laïcité.

"J'étais déçu que je n'ai pas eu beaucoup d'opportunités pour les échanges directs avec Justin Trudeau".

Le chef conservateur avait entamé ce débat en insultant le premier ministre sortant, l'affublant de deux épithètes - phony et fake - qui ont mené à différentes traductions: faux jeton, faux, poseur ou hypocrite.

" Comme les millions de Canadiens, je suis tanné avec les mensonges de Justin Trudeau".

'Monsieur Trudeau, vous avez enfreint deux fois les lois sur l'éthique.

Alors que le chef du parti libéral et candidat à sa réélection le 21 octobre avait mis Andrew Scheer en difficulté sur l'avortement lors d'un premier débat en français la semaine dernière, il a cette fois subi des attaques vigoureuses du chef conservateur, notamment sur son rôle dans un scandale de pressions sur la justice qui a miné la fin de son mandat.

Au débat des chefs, lundi, une journaliste et modératrice a également demandé au leader néo-démocrate Jagmeet Singh s'il s'abstiendrait d'intervenir pour permettre à une province de " discriminer " certains citoyens. "Et oui, je porte un turban mais on peut travailler ensemble pour créer une société où on ne discrimine pas des gens à cause de leur apparence", a-t-il ajouté. "Il y a plein de choses dont il faut parler dont on parle trop peu parce que ce sujet-là mange tout l'espace", a-t-il déploré mardi.

"Le chef bloquiste ne regrette pas cependant d'avoir été le premier à mettre autant l'accent sur cet enjeu, cherchant à forcer les partis fédéralistes à annoncer leurs couleurs".

Le chef libéral, Justin Trudeau, s'est abstenu de prendre position sur la question sensible du " Bonjour-Hi " après que le gouvernement de François Legault eut fait part de son intention d'interdire la formule dans les commerces et les services publics du Québec. Sa formation pointe désormais à la troisième place dans les intentions de vote, devant les Verts d'Elizabeth May.

Le chef du Parti populaire du Canada (droite), Maxime Bernier, a été invité tardivement au débat.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL