Journée historique pour les femmes en Iran — Football

Solenn Plantier
Octobre 10, 2019

Environ 3 500 femmes sont venues assister au stade Azadi de Téhéran à la victoire de l'équipe nationale masculine sur le Cambodge (14-0), en match de qualifications pour le Mondial 2022.

L'équipe nationale iranienne n'a éprouvé aucune difficulté à se défaire du Cambodge à domicile devant plus de 3.500 supportrices iraniennes, fait inédit, présentes au stade Azadi à Téhéran dans un bloc qui leur était réservé.

Très vite après la révolution islamique de 1979, les Iraniennes se sont vues refuser l'accès aux stades pour les compétitions de football hommes, officiellement pour les protéger de la grossièreté masculine.

Les fois précédentes, les femmes admises au stade avaient été sélectionnées par les autorités. Une belle avancée quand on sait qu'une supportrice, Sahar Khodayari, s'est immolée à la mi-septembre après son arrestation pour avoir tenté d'entrer dans un stade.

Avant la rencontre, la police a barré l'entrée, sans heurts, à une soixantaine de femmes qui souhaitaient acheter une place.

La rencontre s'est jouée face à un large public féminin, une première en Iran. Les places se sont arrachées comme de petits pains chauds et des femmes qui auraient voulu se rendre au stade n'ont tout simplement pas pu trouver un billet.

Mais à l'inverse du théâtre ou du cinéma, où femmes et hommes peuvent être assis côte-à-côte, les supportrices devront toutefois remplir des tribunes réservées pour elles, et surveillées, selon l'agence Fars, par quelque 150 policières.

"Jugeant insupportable le quota imposé par les autorités, une campagne sur Twitter appelle à accorder davantage de sièges aux femmes avec ce mot-clic: "#WakeUpFIFA (" FIFA, réveille-toi "). Les Iraniennes, elles, avaient dû attendre 2005: seules quelques dizaines d'entre-elles avaient alors pu assister à une rencontre Iran-Bahreïn. Conservateur modéré, le président Hassan Rohani a dit à plusieurs reprises sa volonté d'y mettre un terme.

En 2001, une vingtaine d'Irlandaises avaient été les premières femmes à assister à un match de football masculin (Iran-Irlande) dans le pays depuis l'interdit post-révolutionnaire. En octobre 2018, après qu'une centaine de supportrices ont été autorisées à assister à un match amical entre l'Iran et la Bolivie, le procureur général du pays avait jugé qu'exposer des femmes à la vue d'hommes "à demi nus" risquait de mener "au péché".

Ce n'est pas la première fois depuis l'instauration de cette mesure que des femmes assistent à une rencontre masculine dans un stade en Iran, mais c'est la première fois qu'elles s'y rendent en si grand nombre, et surtout après avoir pu acheter elles-mêmes leur billet.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL