La banque devrait supprimer 10.000 postes — HSBC

Xavier Trudeau
Octobre 9, 2019

Celui-ci a succédé à John Flint depuis le début août 2019. Dans le Monde il y a deux mois, le président d'une grande banque française expliquait devoir "s'adapter car la courbe de taux plate et l'abondance de liquidités rendent notre métier plus difficile". Au mois d'août, John Flint a annoncé sa démission, quelques mois après son arrivée. "On se demande pourquoi nous avons autant de gens en Europe alors que nous avons des rendements à deux chiffres dans certaines parties de l'Asie", a ajouté la même source. Les 4000 emplois supprimés ont surtout concerné des postes de direction, dans le cadre d'une nouvelle restructuration visant à faire face à la tourmente mondiale.

Malgré ces annonces alarmistes, son bénéfice net publié au premier semestre a augmenté de 18,6% par rapport à l'année précédente pour s'établir à 8,5 milliards de dollars.

Selon une des sources du FT, la cession des activités de banque de détail en France, qui est en préparation, pourrait se traduire par une baisse substantielle du nombre de personnes employées par HSBC, plusieurs milliers d'employés étant soient transférés chez l'acheteur, soit devenus redondants. En Bourse, laction de la banque britannique progresse de 0,52% à 605 pence, une performance guère différente des autres établissements.

Guerre commerciale, Brexit, taux bas. Et le mois dernier, la Commerzbank, le deuxième prêteur allemand, a déclaré qu'elle prévoyait de supprimer l'équivalent de 4 300 postes à plein-temps, soit un dixième de ses effectifs, et de fermer 200 agences dans le cadre de sa restructuration. Le puissant syndicat britannique Unite s'est dit quant à lui "consterné" après cette information de presse: "Ces informations sur des suppressions d'emplois massives nécessitent une réponse approfondie de HSBC afin de rassurer les salariés (.)".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL