L'ANSM préconise de retirer le paracétamol et l'ibuprofèneen libre accès

Evrard Martin
Octobre 9, 2019

Paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et aspirine) peuvent occasionner des problèmes de santé lorsqu'ils sont mal utilisés (doses trop fortes, utilisation prolongée, mésusage, etc.).

Le paracétamol et les AINS sont les médicaments les plus utilisés en automédication comme antalgiques ou antipyrétiques chez les adultes et les enfants.

A compter de janvier 2020, l'agence de santé souhaite que ces médicaments, tout en restant disponibles sans ordonnance, ne soient plus présentés en libre accès dans les pharmacies. En France, le paracétamol est retrouvé, seul ou en association avec d'autres substances, dans près de 200 spécialités.

Utilisés dans les conditions normales, ces médicaments sont sûrs et efficaces, rappelle l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Mais en cas de surdosage ou de prises élevées et fréquentes, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas irréversibles. Les AINS sont notamment susceptibles d'être à l'origine de complications sur le rein, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus. Suite à ces résultats, l'ANSM a demandé aux laboratoires concernés de modifier l'emballage des médicaments contenant du paracétamol pour y faire figurer des messages d'alerte (voir photos). L' (ANSM) a fait part début octobre 2019 de sa volonté de "renforcer le rôle de conseil du pharmacien pour l'utilisation des médicaments" de ce type.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL