Le tueur de la préfecture de Paris était lié à l'islam "radical"

Claudine Rigal
Octobre 7, 2019

Quel est le parcours de ce natif de Fort-de-France (Martinique), décrit comme "serviable" et "discret", qui en seulement sept minutes a égorgé ou poignardé dans "une violence inouïe" quatre agents de la "PP", dont trois de son propre service, l'ultrasensible direction du renseignement (DRPP)?

Une tuerie préméditée, perpétrée par un homme à la "vision radicale de l'islam" et en contact avec la mouvance "salafiste": le procureur national antiterroriste a confirmé samedi le scénario jihadiste de l'attaque de la préfecture de police de Paris.

Mickaël Harpon s'était converti à l'islam il y a une dizaine d'années. Les investigations ont aussi " permis de faire apparaître des contacts entre l'auteur des faits et plusieurs individus, susceptibles d'appartenir à la mouvance islamiste ".

"Mickaël H. semble avoir approuvé " certaines exactions commises au nom de cette religion", il a également manifesté " son souhait de ne plus avoir certains contacts avec des femmes " ou a encore justifié " auprès d'un collègue de travail les attentats commis dans les locaux du journal Charlie hebdo en 2015 ". Le matin de la tuerie, il a échangé avec elle 33 SMS contenant " des propos à connotation exclusivement religieuse ", dont certains particulièrement troublants au regard des faits à venir.

Cet homme au casier judiciaire vierge mais qui avait fait l'objet d'une procédure pour violences conjugales en 2009, abandonnait en effet 'toute tenue occidentale au profit d'une tenue traditionnelle pour se rendre à la mosquée', a-t-il expliqué. Pour confirmer que Mickaël Harpon, habilité secret-défense à la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris...

À 12 heures 18, il s'est rendu rue Saint-Jacques où il a acheté un " couteau de cuisine métallique de 33 centimètres et un couteau à huîtres " et non pas en céramique comme annoncé précédemment. "Les deux derniers ressemblent à des adieux: " Allahu akbar " puis " Suit notre prophète Mohamed et médite le Coran ". Si rien n'indique qu'elle a poussé son mari à passer à l'acte au cours de ces échanges de SMS découverts par les policiers de la Crim'dans la nuit de jeudi à vendredi, "rien ne montre une volonté de l'arrêter", souligne une source proche de l'enquête.

L'ensemble de ces éléments, a conclu le procureur, explique que le Parquet national antiterroriste se soit saisi vendredi de l'enquête et que les faits aient été requalifiés en "assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Il a ensuite tué une policière et blessé une employée des ressources humaines ainsi qu'un autre fonctionnaire, avant d'être abattu par un policier stagiaire dans la cour de la préfecture, située au coeur historique de la capitale.

'L'affaire est très grave'.

"Présenté au début comme un adjoint administratif qui n'avait " jamais présenté de difficulté comportementale ", ni " le moindre signe d'alerte " par Christophe Castaner sur la foi de premières informations, Mickaël H. était à l'évidence loin d'avoir une personnalité aussi lisse.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL