Liquidation judiciaire de la compagnie XL Airways

Xavier Trudeau
Octobre 5, 2019

Gérard Houa, actionnaire minoritaire d'Aigle Azur, qui a mis la clé sous la porte le 27 septembre, via sa société Lu Azur, avait déposé la seule offre examinée par le tribunal. Pour le PDG Laurent Magnin et les 570 salariés de la petite compagnie française, c'est le triste épilogue d'une longue bataille, pour tenter d'adosser XL Airways à un puissant opérateur industriel. La compagnie avait déjà suspendu ses vols en début de semaine, après avoir arrêté ses ventes dès son placement en redressement judiciaire, le 23 septembre.

Le tribunal de commerce de Bobigny a prononcé la liquidation judiciaire de la compagnie aérienne XL Airways après avoir rejeté la seule offre de reprise présentée.

Des larmes ont coulé vendredi après-midi au tribunal de commerce de Bobigny où une quinzaine de salariés, sac au logo de la compagnie à la main, s'étaient rassemblés pour connaître leur sort.

"L'offre a été considérée comme irrecevable, c'est-à-dire non financée", a-t-elle indiqué.

"Très concrètement, au maximum dans 21 jours, les salariés vont être licenciés", a expliqué Aline Chanu, avocate du comité d'entreprise d'XL Airways, présente au tribunal vendredi, lors de la publication du jugement. Elle avait aussi été liquidée faute de solution de reprise suffisamment solide. "Ils considèrent que l'Etat aujourd'hui est responsable en grande partie de cette liquidation judiciaire parce qu'il a laissé s'implanter et même facilité l'implantation de compagnies aériennes 'low cost' sur le territoire français, qui ne respectent pas le minimum légal en termes de législation". Grâce aux efforts des salariés, qui n'ont pas vu la moindre augmentation en dix ans, XL était parvenue à se placer sur les principaux axes touristiques (Dom-TOM et Etats-Unis), avec quelque 750.000 passagers transportés l'an dernier, en offrant les prix les plus bas du marché. XL Airways, spécialisée dans les vols à bas coûts, desservait les Etats Unis, les Antilles, l'île de la Réunion et depuis peu la Chine. "Ce qu'on ressent maintenant, c'est une immense tristesse, car on a tout fait (pour sauver l'entreprise) et cherché des repreneurs pendant des mois", a déclaré à l'AFP Laurent Cotret, l'avocat de XL Airways joint par téléphone. La fédération FO pour les transports aériens, majoritaire chez les hôtesses et stewards, a dénoncé "l'inaction coupable" du gouvernement et le "dogmatisme libéral" de Bruxelles jugé "suicidaire", dans un communiqué. La pionnière du modèle low-cost long-courrier exploite depuis 2016 des vols depuis Paris vers New York. Difficile néanmoins pour une compagnie qui n'exploitait que quatre appareils de rivaliser avec des acteurs importants, comme le scandinave Norwegian qui, fort d'une flotte de plus de 100 appareils, peut casser les prix sur ces destinations.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL