Manifestation interdite en soutien à Mickaël Harpon : l'organisateur en garde à vue

Pierre Vaugeois
Octobre 10, 2019

Je me suis entretenu avec le préfet du Val-d'Oise: "le rassemblement va être interdit", a fait savoir le ministre de l'Intérieur, sur Twitter. En l'occurrence, selon cette déclaration déposée lundi, l'organisateur, l'activiste politique Hadama Traoré, tout en rendant "hommage aux policiers assassinés" et plaidant pour "l'intégration des personnes en situation de handicap", souhaitait "rétablir la vérité" sur l'auteur de la tuerie de la préfecture de police de Paris.

Un rassemblement en soutien à l'auteur de l'attaque de la préfecture de police de Paris, prévu jeudi 10 octobre à Gonesse, a été interdit. Le Parti radical de gauche a de son côté demandé " l'interdiction pure et simple de la manifestation "de la honte et de l'immonde" organisée en soutien au tueur de la Préfecture de police ". Il est à la tête depuis janvier 2017 d'un collectif de contestation citoyenne intitulé "La revolution est en marche" et se qualifie lui-même comme le porte-voix de la minorité silencieuse et de porte parole des banlieues. Depuis l'annonce d'un rassemblement de soutien à Mickaël Harpon ce jeudi 10 octobre, la classe politique réclamait unanimement son interdiction par la préfecture du Val-d'Oise.

Interrogé par Le Figaro, Hadama Traoré explique vouloir "communiquer différemment sur Mickaël", qui "n'est pas un terroriste". Hadama Traoré a été arrêté ce mercredi en Seine-Saint-Denis, où il réside, pour "menaces et actes d'intimidation sur une personne exerçant une fonction publique ou d'utilité collective, menaces de crime contre les personnes et outrage", indique BFMTV.

Durant la période où il fréquentait la mosquée de la Fauconnière de Gonesse, un imam est " passé brièvement " dans cette communauté " avant d'être rejeté " selon une source proche du dossier citée par plusieurs médias.

Il affirme également n'avoir jamais parlé avec Mickaël Harpon: " Il était très discret, je ne connais pas son nom, ni où il travaille, ni où il habite. Pour les organisateurs, l'homme était " discriminé " car sourd. "Ce contexte explique pourquoi il a craqué". Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé ce mercredi matin que cette manifestation sera interdite. "Qu'ils nous l'autorisent ou pas, on y va!"

"J'ai demandé à ce que les propos odieux tenus par son organisateur soient dénoncés au procureur de la République, sur le fondement de l'article 40 du code de procédure pénale", a complété le ministre.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL