Nucléaire coréen : pour Pyongyang, les négociations avec Washington sont "écœurantes"

Claudine Rigal
Octobre 7, 2019

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a lui aussi envoyé un message à M. Xi, dans lequel il déclare que "l'amitié invincible " entre les deux pays "sera immortelle sur la voie de l'accomplissement de la cause du socialisme ", a indiqué dimanche l'agence officielle nord-coréenne, KCNA.

La Corée du Nord a déclaré dimanche n'avoir "pas d'intérêt" à poursuivre des négociations avec les États-Unis tant qu'ils mèneraient une "politique hostile" à son égard et ne changeraient pas d'"attitude".

Dimanche 6 octobre 2019 ((rezonodwes.com))- L'émissaire de la Corée du Nord a accusé les États-Unis d'avoir fait échouer les consultations sur le nucléaire nord-coréen engagées ce samedi 5 octobre à Stockholm, après des mois d'impasse et malgré une nouvelle escalade de Pyongyang dans ses essais de missiles.

Malgré cela, Donald Trump, en quête d'un succès diplomatique alors qu'il est englué dans le scandale lié à une conversation controversée avec le président ukrainien, a décidé de répondre positivement aux Nord-Coréens.

Le signal est finalement intervenu mardi, quand la diplomatie nord-coréenne a annoncé la reprise des discussions pour cette fin de semaine, ce que les Etats-Unis ont aussitôt confirmé.

Revenant sur ces propos, la diplomatie nord-coréenne a souligné que "les États-Unis induisaient en erreur l'opinion publique affirmant que la conférence de presse donnée par la délégation de la Corée du Nord n'avait pas reflété avec précision le contenu et l'esprit des négociations et qu'ils avaient eu une bonne discussion avec la partie nord-coréenne".

Lors d'une étape à Pékin avant son départ pour la Suède, Kim Myong Gil avait dit fonder "de grandes attentes" sur ces discussions.

Jeudi, l'agence officielle nord-coréenne a expliqué que ce "nouveau type de missile balistique", présenté comme un Pukguksong-3, avait été lancé depuis un sous-marin "dans les eaux au large de la Baie de Wonsan" et annonçait "une nouvelle phase dans l'endiguement de la menace posée par les forces extérieures". M Trump était ainsi devenu le premier président américain à fouler le sol nord-coréen.

Le Pentagone a estimé que ce "missile balistique de courte à moyenne portée" avait plutôt été tiré depuis une plate-forme marine.

" Le sort du dialogue États-Unis-Corée du Nord est entre les mains de Washington et la date limite est à la fin de l'année", a-t-il ajouté.

Donald Trump a fait de la reprise des négociations sur le nucléaire avec Pyongyang un axe de sa politique étrangère et a rencontré à trois reprises Kim Jong-un. Ils concernent des limitations d'importations de pétrole et des interdictions liées aux exportations nord-coréennes de charbon, pêche ou textile.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL