Pantin : une marche blanche en hommage à Christine Renon, directrice d'école maternelle

Claudine Rigal
Octobre 7, 2019

Derrière eux, des enseignants et des parents d'élèves, certains venus avec leurs enfants. En tête de cette marche silencieuse, des proches de Christine Renon et des directrices et directeurs d'école de Pantin avançaient en se tenant le bras. Les auteurs de la lettre ouverte alertent l'Éducation nationale: Christine Renon n'est pas la seule à avoir dû gérer des situations difficiles. "Le contenu de son courrier fait écho à notre quotidien de directeurs-trices d'école, au regard de la dégradation de nos conditions de travail et de toutes les responsabilités qui reposent sur nos épaules", écrivent-ils.

À la fin de la journée, on ne sait plus trop ce que l'on a fait.
Il y a près de deux semaines, lundi 26 septembre, la directrice de l'école maternelle Méhul a été retrouvée morte dans son établissement. Elle avait envoyé des lettres à ses collègues notamment pour dire son "épuisement" professionnel.

"Présente à ce rassemblement, Isabelle, enseignante à Clichy-sous-Bois (région parisienne), a estimé qu'"(on) peut tous se reconnaître dans la lettre de Christine". Le carton contenant les livrets des "évaluations repères 2019 " que portaient des enseignants mercredi en début d'après midi devant la Direction des services départementaux de l'Education Nationale à Albi était agrémenté de messages explicites. Une enseignante a lu la lettre de Christine Renon dans un porte-voix, finissant au bord des larmes. Dans la foule émue, quelques personnes sanglotaient.

Lors de son passage sur RTL, le ministre de l'Éducation nationale a évoqué la situation des directeurs d'école en indiquant que celle-ci doit être "améliorée".

"Son suicide a été un choc".

Jeudi matin, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer s'est dit " prêt " à discuter du statut des chefs d'établissements.

" Les problèmes dénoncés ne concernent pas que les directeurs d'écoles".

"Combien de Christine Renon devront donner leur vie?": tel était l'un des slogans de la mobilisation à Bobigny le 3 octobre, rassemblant des milliers de personnes, le jour des obsèques de la directrice d'école Christine Renon.

Samedi matin, une marche blanche aura lieu à Pantin, entre la mairie et l'école maternelle.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL