Près de 20 000 policiers attendus dans les rues — Paris

Claudine Rigal
Octobre 4, 2019

C'est derrière le syndicat majoritaire Unité Police SGP FO que 17 autres syndicats du corps des policiers actifs (tous grades confondus), administratifs et de la police technique et scientifique, réunis en intersyndicale, ont défilé pour dénoncer le grand nombre de suicides dans la profession. C'est la vague exceptionnelle de 52 suicides enregistrés depuis le début de l'année, dans la police nationale, qui a servi de déclencheur à ce mouvement unitaire.

Quelles sont les revendications des policiers?

.

Au cœur des revendications des policiers, cinq points cohabitent: "l'amélioration de la qualité de vie au travail", "une véritable politique sociale pour les agents du ministère de l'Intérieur", "une réponse pénale réelle, efficace et dissuasive", "la défense des retraites" et une future loi d'orientation et de programmation "ambitieuse".

"Ils ont déjà démontré, à Montauban, leur capacité de mobilisation lorsque la police est en danger, lorsque la sécurité, l'honneur et la mémoire des policiers sont bafoués... " Et David Leyraud, secrétaire régional adjoint Occitanie pour Alliance, de poursuivre: " Suite à l'éternel report des promesses de travaux (commissariat de Narbonne), ce sont des dizaines de policiers audois qui se rendront à Paris, afin de clamer leur ras-le-bol et exiger de vraies mesures pour retrouver un sens à leur métier et leur place dans la société... ". Pour le syndicaliste, "on est au-delà des moyens".

Les syndicats de policiers craignent ainsi une remise en cause de leur avantageux système de bonifications pour les retraites.

Actuellement les policiers bénéficient d'une bonification spéciale dite "du cinquième" ou "quinquennale", qui leur offre une annuité (quatre trimestres) de cotisation tous les cinq ans. Elle est plafonnée à cinq annuités.

Les propos du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner assurant ce mercredi "qu'il y aura une modification de leur régime comme pour tous les Français, mais que la dangerosité de leur métier de policier sera prise en compte" sont loin d'avoir dissipé les inquiétudes des organisations syndicales.

"Nous voulons une position ferme et définitive du gouvernement " résume le secrétaire général d'Unité-SG-FO, Yves Lefebvre. "Mais tout le monde doit comprendre qu'il y aura le feu dans la maison 'police'" si le gouvernement devait suivre les préconisations du rapport du haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye, publié en juillet.

Il évoque des conditions de travail "catastrophiques": "Nos véhicules ont 300 000 km au compteur, nos locaux sont insalubres, il y a des cafards et des souris dans notre cafétéria et dans nos vestiaires, mais pour nos chefs c'est normal", s'énerve-t-il.

Face à cette nouvelle fronde, le ministère de l'Intérieur met en avant les efforts budgétaires depuis l'arrivée du duo Castaner/Nuñez en octobre 2018. "On sait qu'ils ont été mis à rude épreuve".

Le budget du ministère de l'Intérieur augmentera de 4% en 2020, et 552 millions d'euros supplémentaires ont été consacrés aux personnels des forces de sécurité depuis le budget 2018.

Beauvau fait également valoir la mobilisation forte sur les suicides comme l'activisme des ministres pour défendre la police contre la critique permanente.

Elle se déroulera à Paris, ce 2 octobre.

.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL